mardi 13 décembre 2011

France : Amidlisa : 16 meurtres d'enfants au passif d'un réseau pédophile, et trois gamins abusés.


16 meurtres d'enfants au passif d'un réseau pédophile, et trois gamins abusés.

Que feriez-vous si d’un coup, toutes vos illusions s’écroulaient ?
Si vous étiez une mère qui apprend un jour de la bouche de ses enfants que « papa a mis son zizi » dans leurs fesses, dans leur bouche ?
Et que le père n’était pas le seul à abuser des petits…
Qu’à force de les interroger, longuement, difficilement, vous appreniez qu’ils ont aussi vu des meurtres d’enfants, et qu’ils ont été forcés d’y participer ?
Si, quand vous tentez de dénoncer ces faits, vous vous retrouviez face à des murs dressés par la Justice, par les enquêteurs, par ceux-là même qui sont censés encadrer et protéger vos enfants ?

Que feriez-vous ?
C’est ce qui arrive aujourd’hui à de nombreuses mères, et parfois à des pères, à travers la France, de Toulon à Outreau, d’Angers à Annecy.
Reprenons rapidement l’histoire kafkaïenne de l’une d’entre elles.
Séparée du père de ses enfants qu’on appellera Léon, après des années d’humiliations et de harcèlement, Sarah, la mère, avait la garde principale de ses trois enfants, âgés de trois à six ans. Le père « oublie » parfois de payer la pension, continue à insulter la mère, tente de la violer…  Les plaintes de Sarah n’ont jamais de suite.
Et tout s’est écroulé quand, un soir d’octobre 2007, ses enfants rentrent hagards de chez leur père. Sarah finit par découvrir que Denis (pseudonyme), un ami du père qui travaille à la mairie locale, a embrassé sa fille sur la bouche, puis a mis son sexe dans sa bouche. Elle dépose plainte. Rien ne se passe.
Sarah apprend plus tard que ce sont ses trois enfants qui sont violés par Denis, mais aussi par leur père et par d’autres adultes présents, y compris des femmes. Que tout cela est filmé, et que les enfants sont menacés de mort au cas où ils parleraient.
Des mois plus tard, à force d’interroger ses trois enfants, à force d’insister pour qu’ils disent ce dont ils ont le plus peur, les trois petits racontent qu’ils ont assisté à des meurtres d’enfants, « un petit garçon » d’abord, puis « une petite fille », puis trois enfants ensemble, pendus à une branche et dépecés. Ils expliquent qu’on leur a aussi demandé de tuer. Au total, les enfants parlent de seize meurtres d’enfants dans ce même village du Var, en moins d’un an.
Sarah apprend qu’un éducateur chargé d’une mesure d’aide en milieu ouvert lors de ses visites chez le père (puisque Sarah a fini par perdre le droit d’héberger ses enfants), ami du père, a emmené sa fille Marie dans les bois, au moins deux fois. Les enfants décrivent d’autres scènes de meurtres épouvantables, auxquelles ont assisté deux de leurs enseignantes du primaire, le fameux Denis, leur père, l’éducateur, la mère d’un petit voisin, une autre dame, des copains du père, une psychologue mandatée par le juge des enfants… Et tout était filmé, évidemment, car les snuff movies se revendent cher, surtout s’il s’agit d‘une production originale. Le père filmait (d’ailleurs il a montré le film à ses enfants), d’autres prenaient des photos, d’autres avaient des jumelles pour ne rien manquer de la chasse.
Pour vérifier cela, Sarah et ses parents tentent d’amener les enfants sur les lieux d’un des meurtres, mais ils se sont mis à pleurer et à crier si violemment qu’il a été impossible de continuer le chemin. Une autre fois, en passant près d’un des lieux de crime, à quelques kilomètres de chez eux, les deux garçons de Sarah s’exclament en chœur « c’est par là qu’ils ont enterré la petite fille !».
Quand leur mère leur demande d’expliquer un dessin fait par le plus petit de la fratrie, un dessin qui représente un arbre avec des enfants pendus aux branches, les enfants racontent en détail les meurtres de deux petites filles et d’un petit garçon. Les enfants, après avoir été violés, après qu’on leur ait coupé les mains, « ils criaient très, très fort et appelaient leur maman », précise le petit Thomas, ont été attachés nus à l’arbre par les poignets.
Les adultes ont ensuite ordonné aux petits de tuer chacun un enfant, avec un couteau ou une paire de ciseaux. « On a commencé par le petit garçon, et après c’est moi et après c’est Marie », raconte Hubert (pseudonyme). Les adultes ont ensuite coupé les corps des enfants en morceaux, enlevé la chair de leurs trois victimes, et en ont mangé une partie, imposant aux enfants de faire de même, mettant le reste au congélateur. Les yeux des petites victimes ont été mis à part et servis cuits dans une assiette. Les enfants de Sarah ont ensuite été obligés de les manger. Idem avec la cervelle d’une des petites filles, à qui on avait ouvert le crâne devant les enfants. A ce stade, n’importe quel esprit humain normal se dit que ce sont des histoires, mais ce n’est hélas pas le cas. Les trois enfants décrivent la même scène, avec les mêmes difficultés pour raconter le fil des évènements. Parce qu’ils ont très peur, qu’on leur a dit de se taire, et qu’ils l’ont très bien compris. « C’était vraiment très méchant, il faut qu’ils aillent en prison », ont ajouté les enfants.
Dans un monde normal, les gendarmes, informés de ces allégations, auraient enquêté. La Justice aurait réagi et condamné les tortionnaires. Mais, pas dans notre affaire. Ni dans aucune autre affaire du même genre. Par exemple, après avoir signalé le triple meurtre d’enfants, ainsi que le lieu exact où les corps ont été enterrés, quelle ne fut pas la surprise de la famille en constatant qu’une pelle mécanique était sur place, et avait probablement déterré les corps avant même que les gendarmes ne se déplacent.


QUAND RIEN NE BOUGE

Dès que Sarah suspecte le viol de sa fille, elle se rend chez le médecin de famille, qu’on appellera Mme Trafalgar, le 8 octobre 2007. 
Les trois enfants reçoivent 21 jours d’arrêt. 
Elle emmène aussi Marie et ses frères voir une psychologue, qui détecte le viol par voie orale et anale, et enjoint Sarah de porter plainte. 
C’est ce qu’elle fait immédiatement, et porte plainte à la gendarmerie de St-Tropez pour le viol de sa fille par Denis. 
Celle-ci sera classée sans suite deux semaines plus tard.
A la fin de ses obligations pour l’enquête, Sarah, qui a la garde de ses enfants, prévient néanmoins le procureur qu’elle part à Disneyland avec eux, et lui laisse ses coordonnées téléphoniques. 
Elle s’arrête en chemin avec les enfants pour dormir, et onze gendarmes débarquent pour prendre les enfants, selon un ordre du Procureur. 
Sarah ne les reverra plus pendant trois mois, et n’aura aucune nouvelle d’eux pendant trois semaines.
Les enfants sont placés dans un foyer, Marie est séparée de ses frères. 
Le 22 octobre, alors qu’elle n’a jamais reçu sa convocation au tribunal, une audience du juge des enfants a lieu en la seule présence du père. 
Les enfants sont maintenus en foyer. 
La convocation a été envoyée au numéro 22 de la rue, chez des amis du père, au lieu du numéro 28, ce qui arrivera encore pour l’audience suivante. A la nouvelle audience du 30 octobre, toujours pas convoquée, Sarah perd la garde de ses 3 enfants au profit du père.
Elle devra attendre deux mois pour obtenir un droit de visite et d’hébergement… un week-end sur deux.
Toutes les réponses judiciaires aux plaintes de Sarah iront dans le sens inverse de ce qui aurait dû être. Tout dans ce dossier va à l’encontre de la logique la plus élémentaire.
Sarah, sa mère et le compagnon de sa mère, qui se battent ensemble, sont alors accusés d’aliénation et de manipulation des enfants. D’après une lettre du médecin de famille, Mme Trafalgar, au juge des enfants qui traite le dossier, la famille serait en fait une secte, adoratrice de la vierge, dont le gourou ne serait autre que le compagnon de la grand-mère des enfants qui avait parlé des deux premiers meurtres d’enfants à Mme Trafalgar.
Aucun élément ne venant étayer la thèse de la secte, les trois se retrouvent alors accusés de dénonciation mensongère et calomnieuse à l’encontre du père des enfants, pour avoir signalé les meurtres et les viols à la police. Sarah et ses parents risquent quand même cinq ans de prison, et attendent un procès qui pourrait avoir lieu dans les semaines à venir.
Tout ceci n’est qu’un aperçu rapide de leur histoire.
Mais, il faut savoir que Mme Trafalgar a clairement dit au père des enfants venu consulter avec Thomas que la famille est « au courant de tout ». Elle demande même au petit garçon si c’est lui, « petit con », qui a parlé à sa mère. Le père a aussi parmi ses relations quelques gendarmes du coin. Le juge des enfants B. qui a traité le dossier de Sarah, fait des conférences pour une association de Draguignan qui s’occupe de former les professionnels de l’enfance, où travaille aussi l’éducateur chargé de la mesure d’aide en milieu ouvert, présent lors des meurtres. L’une des conférences à laquelle le juge B. a contribué récemment avait pour thème le syndrome d’aliénation parentale. Certains psychologues et médecins n’hésitent pas à faire des rapports pour le moins ambigus, où les violences subies par les enfants sont minimisées, voire niées. Enfin, les signalements de mauvais traitements ne portent jamais leurs fruits, que ce soit à l’école, devant les juges ou à la gendarmerie.
Dans cette affaire comme dans beaucoup d’autres, on marche littéralement sur la tête, comme s’il n’y avait aucune logique, aucune volonté d’aider les enfants à s’en sortir.
Ils en auraient pourtant bien besoin, séparés les uns des autres, la mère ne pouvant voir ses enfants que trop rarement au point rencontre, n’ayant aucune nouvelle d’eux entre deux visites.

Dans ce texte tous les noms ont été remplacés, et les lieux ne sont pas cités précisément, parce que l’affaire est en cours. Mais, s’il devait arriver quelque chose aux enfants, à leur mère, ou à quiconque tente de leur venir en aide, nous n’hésiterions pas une seconde à tout rendre public, afin de protéger ceux qui peuvent encore l’être.


Pièce n°1: dessin de Thomas


Voici un dessin de Thomas, réalisé sur un tableau veleda le 4 mars 2009, lors d'un week-end passé chez sa mère en compagnie de son frère et de sa soeur. Il explique que les trois ronds rouges sont trois enfants qu'ils ont tués, mis tout nus, et suspendu à une branche par les poignets. Au milieu il y avait un petit garçon, entouré de deux petites filles. Il a colorié les enfants en rouge, pour montrer le ventre ouvert, plein de sang.

D'après le récit de Thomas, Marie et Hugues, les trois petites victimes ont été dépecées, et en partie mangées. On a obligé les enfants de Sarah à manger un oeil des enfants, et Marie à manger un morceau de cervelle de la petite fille. Thomas précise en outre que la dame à gauche, c'est Nathalie V. (pseudonyme), qui habite à proximité de chez leur père.

Thomas a expliqué ce qu'il dessinait, puis son frère et sa soeur ont commenté à leur tour le dessin de leur frère. C'est ainsi que Sarah a appris ce qui s'est passé ce jour-là.


Pièce n°2: attestation d'un psychiatre

Voici une attestation rédigée par un psychiatre spécialisé pour les enfants, à l'hôpital sud de Marseille, le 25 juillet 2008, suite à trois entretiens avec Marie.

On peut y lire que Marie présente "un trouble d'état de stress traumatique évolué vers un trouble anxio dépressif invalidant" Marie "dans tous les secteurs de la vie". Le médecin ne décèle aucune mythomanie, aucune pathologie mentale.
Il estime que ce stress est "apparu brutalement le 7/10/2007 après un mois d'anxiété croissante dans un contexte familial difficile inauguré fin août 2007, selon la mère, par la non restitution des enfants à leur mère bénéficiant alors de la résidence principale". Deux médecins ont attesté de ce stress, le 8/10/2007 et le 10/10/2007, quand Marie a reçu 8 jours d'ITT.
Le médecin poursuit: "Nos observations renforcent l'hypothèse que cet état de stress aigu traumatique du 07/10/2007 puisse être la conséquence d'un abus sexuel survenu le même jour, comme l'ont dit les trois enfants les 08, 10 et 11/10/2007"

Thomas et Hugues ont§ confirmé à ce médecin les propos qu'ils avaient tenu, mettant en cause l'ami de leur père, Denis. Marie, quant à elle, se montre très réticente à parler, et semble même paniquée, ce que le médecin analyse comme "la conséquence d'un épisode traumatique secondaire". La petite dit devant lui que si elle parle de nouveau, elle sera renvoyée au foyer. Marie fait ici référence à l'épisode de Sainte Beaume, quand les gendarmes sont venus la prendre elle et ses frères, pour les séparer de leur mère.

Pour conclure, le médecin estime que "ce trouble d'état de stress traumatique actuellement évolué en trouble anxio dépressif est susceptible d'évoluer vers de graves complications psychiatriques compromettant l'avenir de Marie".







Pièce n°3: Plainte pour viol sur Marie déposée le 10 octobre 2007
Voici la copie de la plainte déposée par Sarah le 10 octobre 2007 à la gendarmerie de St tropez, pour viol sur Marie. La plainte vise Denis, un ami du père, et le père des enfants.

A la suite de cette plainte, les deux seront auditionnés. L'un dit qu'ils se connaissent depuis peu, l'autre dit que ça fait plusieurs mois, et les deux nient les faits. Aucune enquête ne sera menée par la suite.






Alerte d'une gendarme du Var.

L'affaire dont nous allons parler sur ce blog a déjà été évoquée fin 2009 par une gendarme officiant dans le VAR. Le 30 novembre 2009, cette personne a rédigé un texte dans lequel elle explique que différentes affaires impliquant des réseaux pédophiles ont été couvertes dans le Var, autant par la gendarmerie que par la Justice.

Voici le texte de ce message, avec en gras les passages qui concernent notre affaire:

"Suite à l'appel à détecter les signaux de détresse nous avons le devoir de vous signaler qu'il existe dans la circonscription de mon unité du Var une affaire épouvantable où non seulement nous avons reçu des plaintes d’une femme, la concernant, mais aussi sa fille de 6 ans suspectée violée, puis sont violés à leur tour ses deux autres enfants de 4 et 6 ans. ET il y a beaucoup plus grave. Une amie gendarme m'a demandé de vous signaler un assassinat programmé, faute de signalements qui aboutissent, le premier datant de 2 ans, reçu par le procureur Girard de Draguignan .

Voici ce qui se passe Nous avons actuellement plusieurs affaires dites sensibles où quelques gendarmes gradés, plusieurs procureurs, Girard, Gauthier Arnouil ... et dit-on également des juges pour enfants de Draguignan et d'Aix, qui n'ont pas rempli leur mission publique mais détournent leur pouvoir dans leur propre intérêt qui est de protéger un réseau dont ils font partie. Ils couvrent également de réalisateurs et vendeurs de films qui commettent et couvrent des crimes. Quand il s’agit d’un particulier suspecté de violences sur enfant, nous sommes très sévères, par précaution, même s’il n’y a rien, Quand le suspect est membre du réseau, même et surtout s’il y a quelqechose de grave avec preuve, on le couvre ! les signalements sont au moins tus et cachés ou mis à la poubelle. Les documents et preuves se sont perdus !

D’après ce que je sais, des amis d'un père de trois enfants tournent avec le père des films d’assassinats d’enfants qu’ils appellent des « fêtes ».  Ils sont protégés par quelques collègues et des membres de tous  les corps constitués. Des professionnels d'activités éducatives et libérales sont directement impliqués  et protégés.
Nous avons des documents qui indiquent les endroits de notre circonscription où sont tournées ce qu’ils appellent des snuff. Si d’après Internet, il existe des tournages de faux meurtres, ceux décrits par des enfants en très bas age sont tellement inimaginables qu’ils ne peuvent pas être inventés surtout à leur age. Il y a de constants détournements de pouvoir ignorant les avis médicaux et les récits de meurtres racontés par les enfants. Nous avons saisi des dessins explicites faits par des acteurs enfants où, en plus des viols, d’autres enfants sont dits martyrisés, pleurent crient et sont tués pour de vrai.

Pour que les affaires n’éclatent pas, « Notre » protection nous est garantie par quelques procureurs et juges haut placés, jusqu’à Aix pour couvrir les décision d’appels, et jusqu’à la présidence de la République. Monsieur Sarkozy a été informé de ces crimes, notamment dans un cas, par 3 courrier (fax, LR/AR et Chronopost) avec 200 pages de pièces justificatives en décembre 2008 …, mais ces courriers ont été interceptés avant qu’il n’en prenne connaissance. Avec cette divulgation Internet, si elle lui parvient grâce à vous, acteur de Justice, lecteur, particulier ou journaliste, français ou étranger, le Président pourra enfin, avec  le grand public, en prendre connaissance. Ne pas le faire serait se rendre complice, alors que c’est bien moi qui dénonce, qui risque le plus.
Et il n’est pas impossible que je sois obligée de fuir. Transmettez ce document à un maximum de sites et de vos amis. Il en va de la vie d'innocents. c'est URGENT...

Les quelques membres du réseau, que je connais, essaient de nous piéger et ils ont réussi pour un collègue "pas clair" chargé d’enquête. Celui-ci a été obligé d’établir son rapport de synthèse destiné à protéger un père et le réseau en accablant une maman apparemment parfaite, avec des transcriptions mensongères, notamment en détournant les propos écrits de l’analyse établie par un pédopsychiatre d’un hôpital marseillais. Je dois pour moi-même prendre des précautions. Ayant eu le malheur de dire que je trouvais anormal que la procureure refuse qu’il y ait une instruction avec tant d’éléments probants, j’ai été immédiatement suspectée dangereuse et  depuis je ne parle plus de cette affaire qui me ronge et que l’on sent prête à exploser, dramatiquement.

Si je peux me permettre un commentaire, c’est que si les film horribles de tortures et de meurtres d’enfants existent, il faut bien qu’ils soient tournés quelque part. Les éléments que nous avons saisis laissent à penser qu’ils sont bien tournés ici et dans la région ainsi qu’en Belgique. En ce qui concerne les protections, elles sont ici très efficaces et plusieurs meurtres ont été couverts dont 4 jeunes femmes violées et torturées le tout filmé, et nous devons nous taire. Une journaliste a fait partie du lot. Je ne peux pourtant pas imaginer que la protection criminelle atteigne tous les élus de la République. J’ose espérer que cette protection n’est couverte que par quelques membres des plus hautes instances de l’Etat. Pour prendre un exemple, Rachida Dati à l’époque ministre de la Justice, qui a répondu qu'une affaire concernait le tribunal local, est-elle véritablement au  courant du dossier concerné par le courrier qu’elle aurait signé ? D’après ce que j’ai entendu, le dossier-courrier  reçu par les services de la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a été intercepté avant qu’elle n’en prenne connaissance, comme cela aurait été le cas pour Monsieur le Président de la République.Bien que les intéressés s’en soient fait une gloire il y a un an environ, je me demande si c’est vrai ou si c’est faux.

Les preuves des forfaitures caractérisées existent. Elles sont issues de déclarations d’enfants et d’analyses pédopsychiatriques qui nous ont été transmises. Les dossiers renferment les preuves des mensonges qui sont toujours examinables tant qu’ils n’ont pas disparus, rédigés par des collègues chargés de l’enquête depuis son début jusqu’au rapport final de synthèse qui est destiné à l’élimination des gêneurs, membres des familles et témoins. Nous possédons des déclarations filmées des enfants qui sont écartées alors qu’elles nous ont été transmises. Nous possédons des dessins des enfants, certains très explicites comme celui d’un enfant de 3ans1/2 de « monsieurs et de madames » tout nus, messieurs avec zizis en érection éjaculant dans la bouche de la madame nommément désignée comme est nommément désigné l’éjaculateur, zizis qu’on leur met ensuite «dans la bouche et dans les fesses » ceci pour ne parler que du moins horrible.

Si les non-respects de procédure pourtant constatables seront toujours camouflés, si les malversations indubitables ne peuvent pas être divulguées, s’il y a avec « notre » concours participation à l’incroyable horreur,
c’est parce que certains « membres » font effacer toutes les preuves, comme ce fut le cas pour le déterrement et l’enlèvement de cadavres d’enfants tués, de l’endroit signalé par des enfants. Si les assassinats de 2 jeunes filles pourtant signalés par des policiers, n'ont pas paru dans les journaux, c'est sur odre du procureur. On croit rêver...
Il ne peut en principe pas y avoir de fuites car tous les intervenants sont impliqués comme on a voulu m’impliquer. Un « collègue » qui a été piégé m’a dit qu’il a été sans doute été drogué avant de participer à une « fête ». Lors de cette « fête » un film est apparu sur l’écran la télévision. Il s’agissait de viols, de tortures et de meurtres de jeunes filles. Il était absorbé par l’horreur pendant que derrière lui, des ébats sexuels qui ne le choquaient pas avaient lieu. Des convives filmaient tout çà et lui même a été filmé. On lui a fait comprendre qu’il n’y avait aucun risque puisqu’il connaissait bien un de ses « supérieurs » présent. A la fin de la soirée quelques habitués avaient en souvenir le film de la soirée et d'autres vendus chers mais aussi achetables avec des services à rendre là où l’on est. Seuls les acteurs des films pourraient les avoir pas cher.

D’après les propositions qui lui ont été faites, certains individus font un commerce lucratif en tournant eux-mêmes des films, en décor naturel, et les vendent aux membres du réseau. Nous avons saisi plusieurs films avec des acteurs qui sont des enfants d’une école de la circonscription. Ces films ne figurent pas dans les pièces saisies car d'après ce que j'ai compris, quiconque a les preuves est obligatoirement participant d’une façon ou d’une autre. Si une preuve est divulguée, ce ne peut pas être par la presse qui est aussi muselée car elle n’a pas le droit de signaler une anomalie sans l’aval de la gendarmerie ou de la justice. J’ai cru comprendre que tous les postes importants sont tenus par des membres du ou des réseaux. Si par mégarde un intrus porte plainte, il est enfermé pour cause de folie reconnue telle par des psychiatres de renom. Si ça se passe mal, j’ai compris qu’il y a exécution immédiate.

Mon témoignage est vrai et les acteurs sont connus. Je lance ce message comme on lance une bouteille à la mer parce que c'est ignoble et aussi je sens ma vie en danger. C’est pour cela que j’ai choisi Internet. J’écris ce message pour informer le grand-public car je ne vois pas d’autre moyen pour éviter les meurtres programmés et peut-être le mien car, après avoir fait confiance à un collègue amoureux de moi, heureusement avec prudence en jouant à l’ingénue, il m’a raconté ces choses qui pourtant semblent le perturber et il attend ma réponse ! je ne puis être sure de personne.
En dehors de notre circonscription, le procureur de Nice Monsieur Montgolfier aurait fait recevoir des plaintes concernant un médecin disant connaître les viols et assassinats. Ce médecin complice apparent semble obligé de couvrir le réseau avec de faux examens et des faux témoignages exploités par les juges des enfants et le procureur. Il y aurait aussi des plaintes signalant les malversations de membres de services de sauvegarde de l’enfance participant aux viols d’après des enfants.
Ici, deux mamans qui ont porté plainte ont été déclarées folles et sont actuellement internées. Une maman se serait suicidée. Une autre, toujours internée et soignée serait devenue folle. Le « compte » d’une autre doit être réglé avant le 10 décembre. Les affaires et les plaintes détournées concernent les mêmes officiers de police que ceux concernés dans la plainte au procureur Mongolfier ! Voilà pourquoi j’élargis le secteur…, sans ma photo avant l’explosion.
J’ai autre chose à déclarer, le réseau est lié à deux affaires ayant fait scandale, sans suite pour les chefs du réseau, dont une en Belgique, qui viennent en grande pompe à Saint Tropez, ce qui fait bien rire ici. Dernière info Mon collègue amoureux va très mal. Il y a une histoire de contrat sur un père violeur et des faux commanditaires ! Il y a une fête prévue pour ça il n'aurait rien à craindre ! son chef aurait peur ? difficile de savoir..."


Citation:

En février 2001, un prostitué homosexuel belge, Robert Jan, avoue devant la police des Pays-Bas trois meurtres d’enfants assassinés lors de tournages de "snuff movies" (films pornos montrant des assassinats non simulés).

Il dénonce le monstrueux tueur en série belge, Marc Dutroux, ravisseur et assassin d’enfants qu’il décrit non comme un pervers solitaire mais comme un des caïds du porno protégé par les services spéciaux. Dutroux fournissait des "sujets" pour des snuff movies montrant, par exemple, la lente agonie de petites filles qu’il séquestrait et torturait avant de les laisser mourir de faim et de soif.

A l’appui de ses dires, le prostitué indique que certaines prises de vues étaient réalisées à une adresse à Amsterdam, au 111 de l’allée Admiral-Deruyter, dans une maison que Dutroux fréquentait.

Cette adresse se révèle être celle de deux sociétés de production de films pornographiques appartenant à Didier Pellerin, un travesti français surnommé Maîtresse Roxanne. Selon les aveux d’un complice de Dutroux arrêté plus tard, les vidéos sadomaso de ce monstre étaient tellement immondes que « le cameraman lui-même était pris de vomissements » ! Condamné à trois ans de prison pour association de malfaiteurs, coups et blessures volontaires, pornographie et... exercice illégal de la médecine, Pellerin dénonce alors deux gros caïds de la mafia porno : Daniel Messinger et Gérard Menoud.

Le premier est un producteur de films pornos de la côte d’Azur.

En 1994, inculpé de séquestration et de proxénétisme après la disparition de deux jeunes filles, et mis en cause dans la mort d’une jeune Antiboise de 19 ans au cours d’un rituel satanique, il est jeté en prison puis libéré en dépit des charges accablantes qui pèsent sur lui, (la police a saisi son journal intime où il raconte par le menu ses relations avec des enfants importés d’Asie et des pays de l’Est). Il disparaît. Les magistrats qui l’ont fait remettre en liberté n’ont pas été inquiétés.

(...)

On est d’ailleurs stupéfait de constater l’indifférence des pouvoirs publics face a ce scandale. Elle confine à la complicité. Ainsi, la police néerlandaise a-t-elle remis en liberté Robert Jan après ses aveux.

Ainsi encore, Dutroux a-t-il pu s’évader et n’a été repris que par accident.

Ainsi enfin, en France, la seule action visible sur le terrain de la lutte contre les horreurs de la pédomanie a-t-elle été, le jeudi 25 mai, un lâcher de ballon à la Tour Eiffel organisé par une association à l’occasion de la journée mondiale des enfants disparus. Or, pour le seul territoire français, ce sont 35 000 enfants qui disparaissent chaque année dont près de trois cents dans des "conditions inquiétantes" terminologie de rigueur dans l’administration pour désigner les rapts probablement suivis d’assassinats.

Le second, parrain de la mafia porno arrêté à la suite des aveux de Robert Jan est Gérard Menoud, propriétaire de Défi Production, une société installée à Perpignan. Ce voyou, dont la violence sauvage terrifie son entourage, y compris sa maîtresse et secrétaire, trafique notamment des cassettes "pédagogiques" de la secte satanique Wicca à laquelle appartient Pellerin-Roxanne.

Mais sa fortune vient surtout de ses activités pédomaniaques. Arrêté pour viols, corruption de mineurs, diffusion d’images de mineurs à caractère pornographique, il reconnaît avoir entretenu des "relations d’affaires" avec Messinger, Pellerin et Dutroux. Remis lui aussi en liberté dans l’attente de son procès, il disparaît à son tour.

Son nom serait plusieurs fois cité dans le dossier d’instruction de la nouvelle affaire du tueur en série de Toulouse Patrice Alègre.



Une première vidéo qui doit être regardée pour comprendre que tout ceci n'est ni un complot, ni une cabale contre des notables et richissimes hommes d'affaires, ni des histoires délirantes à dormir debout. Tout doit être fait pour que ces pédophiles, des malades dangereux soient arrêtés, traduits en justice et écroués.






Encore une victoire des pédophiles !

Dans l’affaire de viols sur 3 petits enfants qui ont été enlevés à une maman PARFAITE, affaire détaillée par l’admirable gendarme Amidlisa, la pédophilie continue à gagner du terrain.
La maman parfaite ne peut plus voir ses enfants car le père en a décidé ainsi, contre les décisions du Juge des enfants. Une citation directe du père pour 15 non-présentations d’enfants, citation reportée 4 fois depuis septembre 2010 pour cause de défauts de papiers, vient d’être reportée aujourd’hui 5 janvier 2011 à la demande INJUSTIFIEE de l’avocate du Père, avec l’assentiment du procureur en ces termes « Connaissant bien l’affaire, je ne m’oppose pas au report de l’affaire » !!?  L’avocate de la maman n’a pas pu se faire entendre du juge. C’était « plié »: l’affaire est reportée au 2 mars prochain.
En attendant, le père peut ainsi toujours s’opposer aux décisions de Justice. Depuis plus de 2 mois, la Maman PARFAITE n’a pas pu recevoir ses enfants les 1er 3ème et 5ème vendredi du mois comme prévu par jugement, pour le week-end, à la sortie d’école des Vendredis soirs décidés par la Justice. Elle n’a pas pu les voir ni les entendre, ni pour Noël ni pour le 1er de l’an. Elle ne peut même pas savoir où ils sont !  IGNOBLE !
INFAME !
Son petit dernier, qui avait 3 ans quand les viols ont commencé quand il a été enlevé à sa maman avec la
complicité de gendarmes, espérait…, rêvait d’être avec sa maman pour Noël !  Il ne demandait même pas de
jouets mais du « plus beau cadeau de Noël, être avec sa maman…, avec un sapin…, avec des boules, le
sapin, parce que sans çà c’est pas Noël »! Quelle injustice ! Quel mépris pour les enfants, j’en pleure ! Pour
de bon !
Si Personne ne bouge après cette aide faite au père violeur par le procureur de la République et le juge de
Draguignan ce 5 janvier 2011, on peut craindre que la maman ne puisse plus voir ses enfants avant le mois de mars, puisque le père a prévenu :il n’est pas question qu’elle voit ses enfants. Les gendarmes sollicités par la Maman pour faire exécuter le jugement du Juge des enfants, lui ont d’abord réclamé un jugement avec un tampon original d’exécution. Quinze jours plus tard, après une nième non présentation et munie du Jugement avec le tampon d’obligation d’assistance, en original, les GENDARMES DE SAINT TROPEZ ONT REFUSE de faire exécuter le Jugement !
QUE FAIRE ?
Après le refus d’assistance des gendarmes pour faire exécuter un jugement.
Après les reports successifs du jugement en correctionnelle et le dernier de ce jour mercredi 5 janvier 2011
- Malgré le rapport d’expertise d’un célèbre pédopsychiatre de Marseille qui n’a pas vu d’autre
hypothèse que le viol.
- Malgré les récits détaillés des viols racontés avec force détails inimaginables pour des enfants en très
bas âge comme « les épines dans les fesses, ça fait très mal mais ça ne saigne pas » et l’explication
qu’ils apportent « c’est comme ça qu’ils appellent leurs zizis » (les pines).
- Malgré les dessins racontant les soirées où ils sont violés avec plein de messieurs et madames tout
nus, des sexes en érection et « du pipi » qui va dans la bouche de la madame ».
- Malgré les preuves audio visuelles de la reconnaissance du père comme étant violeur (et pire) chez
un médecin au courant d’autres crimes.
- Malgré les photos d’anus dilatés et l’analyse IRM des voies basses qui est zappée.
- Malgré d’autres violences du père sans réponse du parquet alors qu’elles valent 15 ans de prison.
- Malgré cent autres preuves, des mensonges et calomnies PROUVEES des gendarmes aux forfaitures
prouvées, après les gardes à vue ignobles, dégradantes et INUTILES, des grands-parents et de la
maman pour le simple plaisir des gendarmes !
- Malgré l’audition filmée des enfants par la brigade des mineurs de Toulon
- Malgré Nicolas Sarkozy prévenu, Rachida Dati prévenue puis MAM lui succédant, malgré TOUS les
députés et sénateurs de France prévenus, RIEN NE SE PASSE !
RIEN, NON ! Les enfants et leur maman PARFAITE sont destinés à être sacrifiés ?  Pour la jouissance de quels pervers ?
Que faites-vous de la JUSTICE et de ces ENFANTS de France,
Monsieur le premier Magistrat de France, Monsieur Nicolas Sarkozy ?

Jeudi 29 mars 2012 : 
Un CD ROM sur l'affaire envoyé à tous les candidats à la présidentielle
Dans l’affaire du Var, la famille a tenté depuis octobre 2007 d’alerter toutes les autorités possibles sur la situation des enfants, jusqu’au président sarkozy. Qui s‘est empressé de transmettre le dossier au procureur, qui s’est fait un plaisir d’attaquer la famille pour dénonciation calomnieuse.

En effet, l'affaire ayant été réglée par des classements sans suite, il n’y a plus le droit de dire que les enfants ont bien été (et sont encore probablement) victimes d’un réseau pédophile. Réseau qui va jusqu’à assassiner des enfants dans les pires conditions, comme nous l’avons déjà écrit ici.

Depuis quelques jours, un CD Rom expliquant toute l’affaire circule. Parmi les candidats à la présidentielle, auxquels le CD a été envoyé, mais aussi des journalistes et autres personnes qui s’occupent de ces affaires de réseaux qui n’existent pas.

Dans ce CD Rom, les noms des protagonistes n’ont pas été effacés. Ni les lieux. Certains sont donc nommés et parfaitement indentifiés par les enfants.

Pourquoi ceux qui cherchent à défendre ces enfants en sont-ils arrivés à risquer le tout pour le tout ? Parce que la Justice n’a pas fait son travail. Ou plutôt si : elle a fait comme dans toutes les affaires de réseaux pédophiles en France, l’étouffement. Pour la justice de notre pays, il faut circuler : il n’y a rien à voir.

Les enfants, eux, n’espèrent même plus aujourd’hui qu’on les écoute, ou qu’on les prenne un petit peu au sérieux.

Ce qu’ils racontent à leur mère, à leur proches, c’étaient juste des sévices et des meurtres d’enfants à tendance satanique, commis dans un petit bled du Var qui s’appelle Cogolin. Et ils disent qui était présent, à chaque fois qu’ils ont pu identifier quelqu’un : maitresses d’école, éducateur, adjoint au maire, proprio de camping, amis du père divers et variés.

Aujourd’hui, donc, aucun des candidats à cette élection ne pourra dire qu’il n’était pas au courant, qu’il « ne savait pas », comme certains l’ont dit pour l’affaire Tristane Banon, par exemple.

Que va-t-il se passer aujourd’hui ? Le pavé est jeté dans la mare. Dans cette affaire, trois enfants ont parlé, et décrit les mêmes faits.

Si cette affaire parvient à sortir, il en a beaucoup d’autres à regarder de plus près ensuite. Car on va comprendre qu’en France, les réseaux pédophiles sont une réalité, protégée de manière institutionnelle. Et que pour sortir les enfants de là, il va falloir regarder la réalité en face.


Dimanche 29 juillet 2012 : 
Bientôt un procès pour dénonciation mensongère contre la mère des enfants
Beaucoup d’affaires impliquant des réseaux pédocriminels ont revenir à la surface à la rentrée. Parmi elles, l’affaire du Var, dans laquelle trois enfants sont victimes de leur père et de sa clique, et ont du assister à 16 meurtres d’enfants lors de soirées pédos organisées par Marc et Denis (pseudos), leur père et son meilleur ami.

On a vu que la Justice avait eu des réactions aberrantes à de nombreuses reprises dans cette affaire, jusqu’à poursuivre aujourd’hui la mère des enfants, Sarah, pour fausses accusations et dénonciations mensongères.



On pourrait parler de la brigade de pandores qui est venue chercher les enfants pour les mettre dans un foyer, après quoi Sarah a attendu des semaines pour savoir où étaient ses enfants. On pourrait parler des certificats médicaux mis de côté, des enregistrements de conversations cruciales dont la Justice, dans sa grande sagesse, n’a pas tenu compte.



Un CD Rom contenant tout le dossier a été envoyé aux politiques, aux médias, aux professionnels de l’enfance, mais rien ne s’est passé. Silence tonitruant, même si on sait que certains ont cherché à vérifier les faits, et qu’évidemment l’affaire étant vraie, ça craint.



Alors l’inaction politique, celle qui permet à des types comme Lang, Cohne Bendit ou Frederic Mitterrand de « faire de la politique », reste le maître mot. Rien ne doit bouger, la société doit dormir tranquille.


Et elle dort bien, c’est une certitude. Pendant que l’été, tout le monde pense à autre chose, le système s’organise pour broyer ceux qui contestent, ceux qui dénoncent, ceux qui veulent sauver leurs enfants. Ce sont des femmes, surtout, et des hommes aussi, qui sont confrontés à des violences sexuelles sur leurs enfants, et qui se font ensuite broyer par la machine judiciaire.



Sarah et le compagnon de sa mère, qui ont tenté jusqu’au bout de faire ouvrir les yeux à une justice sourde, muette et aveugle, ou bien corrompue, la question peut se poser, vont donc se retrouver accusés de fausses accusations et de dénonciations mensongères. Simplement parce qu’ils ont dénoncé ce que tout adulte doit dénoncer : les violences sur les enfants. C’est une obligation légale de dénoncer ces faits. Alors si des familles se retrouvent poursuivies pour avoir dénoncés ces faits de violence, simplement parce que la Justice a classé les plaintes sans suite, où va-t-on ? Quelle mère risquera encore de dénoncer de tels faits sachant que la Justice blanchit les coupables la plupart du temps, et que le pervers peut ensuite se retourner contre elles, avoir la garde des enfants, et obtenir les droits exclusifs sur les enfants ?



Heureusement, une loi de juillet 2010, dont le tribunal de Draguignan ne semble avoir cure, empêche de telles poursuites.



On notera aussi au passage que la mère de Sarah, qui se bat avec sa fille depuis le début, était considérée comme folle au moment des faits, et n’est pas poursuivie. Serait-ce parce qu’elle était avocate et qu’elle sait quoi répondre à ces accusations aberrantes ?



Article 226-10  (Version en vigueur au 19 février 2011, depuis le 11 juillet 2010)

 La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d'un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l'on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu'elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d'y donner suite ou de saisir l'autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l'employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.



La fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d'acquittement, de relaxe ou de non-lieu, déclarant que le fait n'a pas été commis ou que celui-ci n'est pas imputable à la personne dénoncée.

 En tout autre cas, le tribunal saisi des poursuites contre le dénonciateur apprécie la pertinence des accusations portées par celui-ci.

Vous avez bien lu : pour accuser quelqu’un de dénonciation mensongère etc., il faut que la personne accusée ait bénéficié d’une relaxe ou d’un non lieu, alors que dans notre affaire il n’y a eu que des classements sans suite. Il faut aussi que l’accusé n’ait pas pu commettre les faits.

Autrement dit, ces poursuites sont illégales. Mais dans cette affaire, on n’en sera pas au premier vice de procédure.



-------------------------



Le procès pourrait avoir lieu rapidement, d’ici un mois, mais il est aussi possible que les poursuites traînent. Quoi qu’il en soit, nous nous tiendrons prêts. Il est hors de question qu’on bafoue encore une fois les droits des parents protecteurs, nous sommes encore dans une certaine démocratie et il faut la défendre. Accessoirement, au-delà de la situation de Sarah, ce sont les enfants qu’il faut sortir de là.


AVoir :
France : Amidlisa : Le procès pour dénonciation calomnieuse contre la mère des enfants approche.
France : Amidlisa : Liste des personnes ayant reçu le CD ROM.
France : Amidlisa : Signalement de la situation à la Justice.
France : Amidlisa : 16 meurtres d'enfants au passif d'un réseau pédophile, et trois gamins abusés.
France : Amidlisa : Réseau pédophile du var.
France : Amidlisa : Affaire du Var en détail partie 1.
France : Amidlisa : Affaire du Var en détail partie 2.
France : Amidlisa : Pièce n°1 : Dessin de Thomas.
France : Amidlisa : Pièce n°2 : Attestation d'un psychiatre.
France : Amidlisa : Témoignages des enfants au sujet.
France : Musique : Les chanteurs de l'obscur - Gwere.I.A. rendez-nous...
France : Politique : Bernard Brochand Maire de Cannes.