vendredi 16 décembre 2011

Pédophilie Lexique de A à Z


Lexique de A à Z.
AGGENBACH Maria. Femme hollandaise qui porte plainte contre Marcel Vervloesem pour "escroquerie", appuyée du Chef inspecteur de la police hollandaise A.C Bergen et de la dite profileuse belge Carine Hutsebaut, prétextant que son fils se trouve dans le fichier Zandvoort. La justice hollandaise assurera que la photo a été publiée dans un magazine américain, à une époque où le fils de Maria Aggenbach n'était pas encore né.
ALBERT II. Roi des Belge. Assistance sollicitée avec l'Opération Kipofor, lors de laquelle il lui a été confié sept CD-ROMS de Zandvoort. L'enquête a été classée pour cause de "coupables inconnus", suite à quoi les CD-ROMS ont été volé. Le Roi a répondu ne pouvoir intervenir sur le vol des CD-ROMS qui lui ont été confiés en raison de la "séparation des pouvoirs". Il n'a pas plus concédé à une grâce royale pour une condamnation sur base d'un dossier incomplet. [FR - NE]
ALEGRE Patrice est arrêté à Paris en septembre 1997. Il aurait reconnu 5 meurtres et 6 viols, pour lesquels il a été condamné le 21 février 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité. Onze ans plus tard, le 3 juillet 2008, il est libéré pour quatre dossiers : trois meurtres et un viol avec arme.
AMARAL Gonçalo. Inspecteur de la police judiciaire portugaise en Algarve, condamné le 22 mai 2009 à un an et demi de prison avec sursis pour falsification de preuves dans le cadre d'une enquête sur la disparition de Joana Cipriano. La mère et l'oncle de l'enfant ont été condamnés à 16 ans et 8 mois de prison pour avoir assassiné, découpé et congelé l'enfant, pour la donner à manger aux cochons. Amaral a également accusé le Dr Mc Cann d'avoir assassiné et dissimulé le corps de sa fille Madeleine.
AMNESTY INTERNATIONAL. ONG international pour les Droits de l'Homme, mais ni pour l'affaire Zandvoort, ni pour l'affaire Vervloesem.
APOLLO. Réseau pédocriminel, site Internet et yacht de Gerrit Ulrich, basé à Zandvoort en Hollande, spécialisé dans le chantage, la production et la commercialisation de photos de crime contre les enfants. Le yacht Apollo était naturellement utilisé pour des croisières criminelles. Huit personnes, généralement sous chantage mais chèrement payées, étaient employées à la vente des photos sur Internet, 24 heures sur 24.
ARLETTE X †2009. Grand-mère de victimes d'une des branches françaises du réseau Zandvoort, également victime en tant que témoin. [FR]
BAUDIS Dominique. Maire de Toulouse de 1983 à 2000, Baudis a été accusé, à tors selon la vérité judiciaire, de troubles penchants par deux anciennes prostituées. La Cour d’Appel de Toulouse a confirmé que le notable avait diffamé le Gendarme ROUSSEL, en l'accusant gratuitement d’avoir orienté les témoignages de ses accusatrices. Dominique Baudis a également eut l'originalité, de poursuivre Karl ZERO, qui a lu sur Canal +, avec l'accord de sa direction, une lettre Patrice ALEGRE, un tueur en série, qui le mettait en cause dans le meurtre de deux anciennes prostituées, alors que son nom n'a été révélé que par les avocats du tueur. L'affaire avait eut le double avantage de débarrasser le gendarme de l'enquête et le célèbre animateur d'un plateau de télévision où son franc parlé avait trop de succès.
BERGEN A.C. Chef inspecteur de la police hollandaise, qui assure que le fils de Maria Aggenbach figure au fichier Zandvoort, alors que la police hollandaise a identifié la photo comme étant publiée dans un magazine américain, à une époque où le fils de Maria Aggenbach n'était pas encore né.
BERNARD-PARDAENS, Gina †. Collaboratrice du Werkgroep Morkhoven, assassinée après avoir donné des parties fragmentées des CD-ROMS du réseau pédocriminel Zandvoort à diverses ONG. [FR]
BLOCH Cécile †. Enfant de 11 ans assassinée à Paris, identifiée par analyse biométrique, comme figurant au fichier Zandvoort. L'affaire a été classée notamment, par le Juge Salzmann, qui a classé l'affaire du Coral, dont celle du magistrat déculotté, dont la photo figure également dans le fichier avec un autre enfant de 11 ans. [FR]
BLOCH Jean-Pierre. Père de Cécile Bloch, supporter du réseau LAVACHERY/HUTSEBAUT. Il menaçait Marcel Vervloesem de venir lui "casser la gueule" s'il ne lui donnait pas copie des CD-ROMS de Zandvoort, puis a porté plainte au tribunal de Turnhout en alléguant une "rétention d'information" sur la mort de sa fille, qu'il avait reconnu sur le site hollandais Zoeklicht. Ce tribunal, plutôt que de lui donner accès à son dossier, a retenu de poursuivre Marcel Vervloesem pour entrave à la vie privée, pour des photos publiées par ce groupe hollandais, sans relation contractuelle, ce qui permettra de le diffamer dans la presse durant cinq ans. Lorsque sa fille a été identifiée par analyse biométrique, il a prétendu que ce n'était pas elle.
BOEYKENS, Jan. Président du Werkgroep Morkhoven, ONG exposant la corruption qui couvre la criminalité organisée depuis 1988. Spécialiste du droit des patients en psychiatrie.
BOURRAGUE Bourragué. Substitut affecté à la section financière du parquet de Toulouse, Marc Bourragué avait été accusé, à tors, selon la vérité judiciaire, de troubles penchants envers des prostituées. Il est exposé pour avoir été pris en flagrant délit d'amnésie, à l'occasion de sa présence sur les lieux du meurtre d'une prostituée. Il a eut l'originalité de poursuivre le Gendarme ROUSSEL pour diffamation, pour avoir dit suite à un reportage télévisé : "Je suis choqué qu'un magistrat en exercice ait pu mentir à la justice à laquelle il appartient". Le tribunal a décrété les preuves irrecevables, et a condamné le gendarme à payer 12.000 euros, sans écouter l'accablant témoignage d'une journaliste, qui bien qu'aussi choquée que le gendarme, n'a pas été poursuivie !
BOUTMANS Sénateur, intervention positive dans l'interdiction de distribution de pamphlet à Anvers, à l'occasion des actions de sensibilisation sur l'enfermement d'enfants en cellule d'isolement à l'hôpital GOOD ENGELS et le défaut de réglementation en le domaine.
BRIGADE DIANE/GANUMEDES Premier réseau pédocriminel découvert par le Werkgroep Morkhoven, dont les ramifications ont méné au fichier Zandvoort. [FR] - [EN]
BRICHET, Elisabeth. Enfant victime de FOURNIRET. Affaire alliée au fichier Zandvoort via l'intervention d'un pédocriminel figurant sur les listes du réseau.
BRIGADE DIANEForce spéciale d'intervention, dont des membres ont été impliqués dans la criminalité organisée et les tueries du Brabant. [EN] - [IT]
BROCHAND Bernard. Député Maire de Cannes, exposé pour le protectorat d'un réseau impliquant des notables.
BRONGERSMA Edward (1911 † 1998) Sénateur hollandais, condamné en 1950 à dix mois de prison, pour avoir eu des relations sexuelles avec un garçon de 16 ans. Il est fait Chevalier de l'Ordre du Lion Néerlandais par la Reine en 1975. Il créé la fondation 'Dr Edward Brongersma Stichting', qui collectionne de la pornographie d'enfants, alors légale en Hollande. Il est un des fondateurs du réseau Zandvoort, mais le premier à avoir pris conscience que ce réseau avait dégénéré en un crime contre l'humanité, suite à la diffusion des reportages sur la branche Temse/Madeira. Pris de remords, il a écrit à Marcel Vervloesem avoir envoyé sa "collection" à la police allemande, ce qui s'explique du fait que le reportage faisait état de l'identification de Manuel Schadwald, un enfant disparu de Berlin à l'âge de 11 ans, qui était exploité dans les bordels hollandais. Il a tenté deux fois de se suicider, puis a obtenu l'assistance de son médecin, bien qu'il n'était ni en phase terminale d'une maladie, ni en état de souffrance particulière. Cet acte a relancé le débat sur l'euthanasie aux Pays-Bas.
BRONGERSMA Fondation
CABALES. Système exploité par les ministères de la justice et de l'intérieur pour couvrir les réseaux. [FR]
CASSETTE DE LONDRES. Tournée en Suisse par Beat Meyer, membre du réseau pédocriminel Cries, la cassette de Londres représente les tortures d'un enfant anglais de huit ans, loué par ses parents. Elle sera retrouvée dans le matériel du réseau France/Roumanie/Dragignan, d'un certain Chabanne. Cette cassette a été mise en circulation sur le minitel en France par un certain Jacques Francis qui a été mis en examen à Paris et de nombreux possesseurs de la cassette ont été interpellés. Le réquisitoire ne dit pas la suite qui a été donné à ces interpellations.
CAUSES DE MORTALITE DES TEMOINS. Les principales causes de mortalité des témoins du réseau pédocriminel Zandvoort sont les accidents de voiture par des chauffards, les suicides, les overdoses de drogues, les erreurs médicales et le cancer foudroyant. Cette dernière cause, la plus curieusement répandue, apparaîtrait expliquée par des menaces sur les médecins, pour cacher cette maladie, qui se soigne bien, quand elle est traitée à temps.
CARPENTIER Philippe, ancien traducteur juré au Parquet de Bruxelles, fondateur du réseau pédocriminel CRIES/UNICEF, amant du Pasteur Doucé.
CHANAL Pierre (1946  2003) Adjudant-chef et instructeur au camp de Mourmelon en France, condamné à 10 ans de prison pour avoir séquestré, violé et torturé un jeune autostoppeur hongrois. Les jeunes gens qui faisaient leur service militaire sous ses ordre, lui reprochaient de filmer des violences graves, commises par plusieurs officiers et lui-même. Chanal est soupçonné d'être l'assassin de huit jeunes gens, disparus où assassinés après être partis en permission en autostop. Il s'est enfermé dans un mutisme complet, mais le Professeur Loïc Le Ribault est parvenu à apporter une preuve scientifique de sa culpabilité. Chanal se serait suicidé la veille de son procès, sous la surveillance de gardiens de prison, ce qui présume un homicide, pour le moins par non assistance à personne en danger, qui a eu pour effet d'éteindre les procédures.
CHIRAC Jacques. Président de la Républic française sollicité lors de l'Opération Kipofor, visant a demandé des enquêtes approfondies sur le réseau Zandvoort, mais sans succès. [FR]
CHRIST LIBERATEUR. Réseau pédocrimine fondé par le pasteur belge Joseph Doucé à Paris, qui se présentait comme "Centre pastoral et psychologique d’entraide aux minorités sexuelles".
C.I.D.E. (Comité International pour la Dignité de l'Enfant). Organisme suisse, qui en 1996, invite le magistrat déculotté figurant au fichier Zandvoort ; qui en 1998, transmet au Werkgroep Morkhoven la première identification de ce magistrat dans le dossier Coral. Le CIDE paye l'avocat d'une des victimes et d'un mis en cause dans le réseau Kripten. Le CIDE est un des acteurs principal du "Piège Suisse 2000". Un avocat du CIDE a défendu un homme qui poursuivait son ex épouse pour un enlèvement parental, initiée par une invitation du CIDE, à ce qu'elle demande l'asile politique. Deux membres du CIDE seront mis en cause dans le protectorat d'un collectionneur de pédopornographie à la Télévision Suisse Romande.
CIPRIANO Joana. Petite fille de huit ans disparue le 12 septembre 2004, de la ville de Figueira, Portimão, Algarve au Portugal, suite à un projet de vente. Une goutte de sang dans le congélateur a justifié une vérité judiciaire selon laquelle elle aurait été assassinée, découpée et congelée, puis donnée à manger aux cochons, pour expliquer la disparition du corps, alors qu’elle est possiblement en vie.
CIPRIANO João, qui aurait un conscient intellectuel en deçà de la moyenne, aurait fait à sa soeur des aveux mensongers du meurtre et de l'enterrement de sa nièce Joana, prétextant des menaces de dénoncer leur projet commun de la vendre. Son mensonge est confirmé par le fait que le corps de Joana n'a jamais été retrouvé. Il est suspecté avoir contracté la vente en secret et assuré à sa soeur avoir assassiné l'enfant pour expliquer sa disparition et garder l'argent pour lui. João Cipriano a été condamné à 16 ans et 8 mois de prison pour meurtre.
CIPRIANO Leonor, mère de Joana, incarcérée en septembre 2004, a été condamnée à 16 ans et 8 mois de prison, accusée d'avoir assassiné sa fille et de l'avoir donner à manger aux cochons. La justice portugaise a statué le 22 mai 2009, que ses aveux avaient été écrits sous la torture, lors de son interrogatoire par la police. Le 15 janvier 2009, Leonor Cipriano a fait des aveux selon lesquels elle avait donné son accord à son frère João pour vendre l'enfant, mais le projet avait échoué, les acheteurs n'ayant pas apporté les fonds escomptés. Elle avait poursuivi le plan de faire croire au kidnapping, pour couvrir le faux meurtre par son frère.
COHN-BENDIT, dit "Dany, le Rouge", porte-parole des étudiants montés sur les barricades en mai 68, depuis député européen écologiste. La vie du député bascula en 2001, lorsqu'il engendra la colère de la fille d’un des terroristes de la bande à Bader de Brigades Rouges, qui exposé son livre "Grand bazar", publié en 1975 par Belfond, au sujet de ses expériences d’éducateur "antiautoritaires", quand les enfants se précipitaient sur lui pour ouvrir la braguette et le chatouiller.
COMITE DE SOUTIEN PEDO DANDY. Véritable réseau, composé de centaines de personnalités qui soutiennent les dandys mis en cause dans des affaires de pédophilie ou de corruption. Ils se déplacent par douzaines en tant que témoins de moralité dans les procès et signent les pétitions par centaines, plaidant systématiquement la cabale. Toutefois, ils brillent par leur silence, quand les cabales sont assorties de simulations d’erreurs judiciaires pour anéantir les témoins.
CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE BELGE (CSJ). Institution crée suite à l'affaire Dutroux, pour éviter les nouvelles dysfonctions judiciaires. Le CSJ est exposé pour rejeter tous les dossiers sensibles, "en l'attente de plus amples informations", puis "faute d'élément nouveau". Il est exposé dans l’affaire Vervloesem, pour avoir reconnu une faute de procédure mais accordé des excuses aux magistrats, dans le cadre d’une condamnation que la Cour de Cassation a maintenu, en dépit de la faute de procédure. L’inutilité du CSJ est apparu, quand Jo Vandeurzen, alors Ministre de la Justice, a nié ses conclusions selon lesquelles sept des CD-ROMS de Zandvoort avaient "disparus" du dossier, pour justifier une condamnation sur base d’un dossier incomplet, suivi d’une incarcération, en l’attente que la Cour Européenne des Droits de l’Homme ne se prononce.
COOLS, Arthur. Médecin pédopsychiatre de l'hôpital Good Engels, qui ne s'est pas aperçu de la problématique des enfants qui sortaient avec bras et jambes cassés de ses cellules d'isolement, puis qui fuguaient dans les bordels aux Pays-Bas.
COOLS Bob, bourgmestre d'Anvers qui décrète la limitation, puis l'interdiction de distribution des pamphlets à Anvers, à l'occasion des actions de sensibilisation sur l'enfermement d'enfants en cellule d'isolement et le défaut de réglementation en le domaine.
COOLS Hilde, allias "La None". Assistante sociale qui par intervention royale, obtient le logement social voisin de celui de Marcel Vervloesem, en violation du règlement régional. Elle avait alors été condamnée pour avoir crevé les pneus de voiture de ses voisins et fuyait une menace de dénonciation pour maltraitance d'une enfant adoptée. Elle sera exposée pour avoir monté la cabale n°3 à l'encontre de Marcel Vervloesem, en invoquant y trouver l'avantage de récupérer sa maison et creuser un trou entre les deux salons, pour pouvoir adopter d'avantage d'enfants.
CONNEROTTE Jean-Marc. Après avoir opéré le démantèlement du réseau Nihoul/Dutroux en août 1996, le juge Connerrotte, s'est vu retiré le dossier en octobre sous prétexte "qu'il avait fait preuve de partialité en participant à un dîner spaghetti avec les parents des enfants disparus", mais en réalité par crainte de son intégrité.
COSYNS Paul. Médecin psychiatre exposé par Marcel Vervloesem pour avoir nié les abus à l'institut Good Engels, puis dont les "doutes" ont servi à le faire condamner à quatre ans de prison, pour des crimes qu'il n'était pas médicalement en mesure d'exécuter. [EN]
COUR DE CASSATION BELGE, allias "Cour des Marionnettes",qui doit son surnom à la violation du principe de la séparation des pouvoirs entre ses juges et divers ministères, qu'elle a toléré dans les affaires Fortis et Sabéna, et qu'elle est présumée avoir toléré dans grand nombre d'affaires impliquant des victimes du crime organisé. La plus haute instance judiciaire belge a retenu la "partialité" du juge Connerotte pour un dîner spaghetti, mais pas la partialité du Procureur Vander Flaes, qui a déclaré en public qu'il poursuivrait Marcel Vervloesem pour "atteinte à l'honneur", puis a obtenu à la place, sa condamnation pour "diffusion de pornographie", pour une campagne de sensibilisation sur le réseau illustrée de photo de meurtre et tortures d'enfants.
CROY Jacqueline de, à la base de la fondation qui porte son nom et vice-présidente du Werkgroep Morkhoven.
CRIES/UNICEF. (Réseau) Acronyme de "Centre de Recherche et d’Information sur l’Enfance et la Sexualité" a été fondé par Philippe Carpentier, ancien traducteur juré au Parquet de Bruxelles. Le CRIES couvrait 18 pays, quand il a été exposé en 1986, avec un studio de production de pornographie d'enfants et un laboratoire pour le développement des photos, dans les locaux de l'UNICEF Belgique. Domicilié Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, dans un immeuble qui abrite également "Infor-Homosexuelité" et "Radio Antenne Rose", il partageait son carnet d'adresses, avec les réseaux Zandvoort, Spartacus et Christ Libérateur. Le CRIES était également éditeur de la revue "L’Espoir", illustrée de pédopornographie "soft" et faisant l'apologie de la pédophilie. Seuls 25 enfants, exploités sexuellement à raison de 20.000 FB (500 euros) ont été retrouvé, pour une production de 4000 photos de pédopornographiques, dont certaines seront retrouvées dans le fichier Zandvoort. Deux personnes mises en cause dans le CRIES, avaient connaissance de faits sur l'enlèvement d'Elisabeth, victime de Fourniret: Jean-Marc Houdemont et Jacques Delbouille.
DE BOUTTE, médecin directeur de l'institut psychiatrique Good Engels, qui défendait l'aspect thérapeutique des cellules d'isolation pour enfants dans les années 90. Jan Boeykens, rédacteur des pamphlets pour alerté la population sur qui assurait que ces mesures relevaient de la torture, était "un cas psychiatrique", selon lui. Il porta plainte pour diffamation, qui faut laissée passé par le délai iraisonnable, quand le Werkgroep Morkhoven apporté des procès-verbaux démontrant qu'une petite fille de 5 ans était morte en cellule d'isolation et qu'un grand nombre d'enfants, étaient sortis de ces cellules avec bras ou jambes cassées.
DE CLERCK Stefaan. Ministre de la Justice belge 1995-1998 & 2008-... En 1996, il couvre l'affaire "CINDY", en réclamant une enquête sur le Werkgroep Morkhoven plutôt que sur le réseau qui avait enlevé et abusé de la jeune fille durant un mois. En 1998, après que le Werkgroep Morkhoven ait permis de retracer Manuel Schadwald, il reçoit Rainer Wolf, le beau-père de l’enfant depuis propriétaire d'un bordel sadomasochiste à Berlin, mais il traite le Werkgroep Morkhoven de "contestable". En 2009, il couvre l'homicide de Marcel Vervloesem par non assistance à personne en danger. Il lui propose une pilule pour provoquer un arrêt cardiaque. Il prétend à un manque de moyen de surveillance pour le bracelet électronique, le jour même où il en accorde un à un sénateur d'extrême d'extrême droite. [NE - FR]
DE CUYPER Katrien †. Victime de la branche X-Kiss/De Pauw du réseau pédocriminel Zandvoort, dont les photos figurent au fichier. Le site Internet du réseau X-Kiss est toujours en ligne. [FR]
DE FRANCE Dominique. Avocat de Marcel Vervloesem en première instance, rayé du barreau, pour raison fiscale, selon lui.
DE PAUW studios. Domicilié à Utrecht en Hollande, le Studio De Pauw avait pour partenaire belge, le X-kiss, dont il partageait le local au dessus du café "Les Routiers", dans le port d'Anvers. Les prostitués d'Amsterdam étaient orientés vers le Studio De Pauw pour tourner des films pornographiques dans des bordels. Parmi les clients du Studio De Pauw: Gerrit Ulrich, propriétaire du fichier pédopornographique Zandvoort, où figure Katrien De Cuyper, une jeune fille belge assassinée à l'âge de quinze ans. La vérité judiciaire belge assure qu'elle a été vue pour la dernière foi en vie au café "les Routiers", sans prétendre faire le lien avec le studio pédopornographique et le fichier. Katrien De Cuyper est présumée avoir posé pour le Studio de Pauw, dans le local d'Anvers, avec la complicité du X-kiss, pour une production achetée par Ulrich.
DELBOUILLE Jacques, fossoyeur belge condamné à un an avec sursis pour fait de rébellion et port d’armes prohibée en marge du réseau CRIES. Il figure sur les listes que partagent les réseaux Spartacus et Zandvoort. Il témoigne avoir vu une voiture blanche immatriculée en France qui sillonnait la région d'où a été enlevée Elisabeth Brichet, victime de Fourniret, qui vivait effectivement en France. Le Werkgroep Morkhoven fera remarquer sa présence sur les listes de Zandvoort. La police trouvera 15 mètres cubes de matériel pédopornographique chez lui.
DE WAEL, Patrick. Ex-ministre de l'intérieur belge, qui a couvert le sabotage de l'enquête Zandvoort, visant à faire incarcérer Marcel Vervloesem en tant que "unique criminel du réseau", et libérer les criminels du réseau GEEL/CIPAL, relatif à la commande d'un enfant moldave à 1000 euros la nuit. Il a démissioné après avoir été exposé pour avoir influencé le procès Fortis, puis attribué la plus haute fonction du royaume, juste après le Roi.
DISPARUS DE MOURMELON. Huit jeunes gens effectuant leur service militaire à Mourmelon ont été condamnés pour désertion, disparus suite à des permissions à laquelle ils partaient en autostop. Plusieurs autres jeunes gens ont été retrouvé morts dans des conditions troubles, l'enquête à chaque fois sabotée.
DISPARITIONS. Sur 10.846 "disparitions inquiétante" en France en 2008, seuls 500 sont des mineurs, d'où moins de 5% de la problématique.
DOUCE Pasteur Joseph (1945  1990) Fondateur du réseau pédocriminel "Christ Libérateur", le pasteur Doucé avait été l'amant de Philippe Carpentier, tête du réseau CRIES et de Michel Caignet, éditeur magazine "Gaie France Magazine" du réseau Toro Bravo. Il célébrait ses offices dans le théâtre du Roi du Porno. Il était ami du Père Nicolas Glencross, propriétaire du plus grand studio de pédopornographie en France, qui avait accès à l'Elysée via Hubert Védrine, alors ministre des affaires étrangères, qui était domicilié chez lui pour raison électorale. Il est mort assassiné d'une balle dans la tête, dans la foret de Rambouillet. L'inspecteur des renseignements généraux J.P.Dufourg, qui s'est attaqué au réseau, a été accusé de son meurtre, puis disculpé en 1998.
DUFOURG J.P., inspecteur des renseignements généraux, qui s'est attaqué au réseau, a été accusé du meurtre en 1990, puis été disculpé en 1998. Il avait pour avocat Maître Vergès.
DUTROUX Marc. Pédocriminel récidiviste, attribué la responsabilité du réseau Nihoul/Liège et exposé pour avoir fréquenté les bordels d'enfants hollandais du réseau Zandvoort. Il a été condamné à perpétuité, reconnu coupable, d’être le chef d’une association de malfaiteurs impliquée dans les enlèvements d’enfants et impliquée dans le trafic de drogue ; de l’enlèvement et du viol de six enfants et jeunes filles (Julie, Mélissa, An, Eefje, Sabine et Laetitia), suivi de l'assassinat de quatre d'entre elles, de la séquestration et l’assassinat de son complice Bernard Weinstein, de la séquestration de Philippe Divers, Pierre Rochow et Bénédicte Jadot ; du viol des sœurs Manckova et de Henrieta Palusova.
ELISABETH II, Reine d'Angleterre, dont l'assistance a été sollicité lors de l'Opération Kipofor.
FELU Michel, interné sans jugement pour des faits de pédophilie puis libéré et engagé comme homme à tout faire par UNICEF Belgique, il organise des séances de photos de pornographie enfantine, et développe les photos dans un laboratoire dans les locaux de l'UNICEF. Il sera condamné à 10 ans de prison dans l'affaire CRIES/UNICEF.
FUGUES. La grande problématique de la fugue, est celle des enfants qui fuguent dans les bordels. En 2008, sur 47.062 fugues en France, 8.700 enfants sont toujours recherchés en 2009.
GOOD ENGELS. Institution psychiatrique d'enfants à Anvers avec cellules d'isolation, dont les jeunes patients sortaient avec bras et jambes cassées et qui en fugaient, pour se retrouver expoités par la branche Ganumède du réseau Zandvoort.[EN - FR - IT - NE]
GARDE Serge, journaliste ayant exposé le dossier Zandvoort en France.
GAZET VAN ANTWERPEN. Journal diffusant la calabe à l'encontre de Marcel Vervloesem, avec refus de droit de réponse. Lance un appel à la délation calomnieuse, dans un article relevant de la calomnie, puisque accréditant des viols dont le tribunal venait de le libérer. [NE]
GENOT Zoé, parlementaire belge (ECOLO), ayant posé trois questions parlementaire sur le réseau Zandvoort. [FR - NE]
GLATZ Georges. Élu député au Grand Conseil du canton de Vaud (Suisse). Président du C.I.D.E., qui invitait les mères de victimes à demander un asile politique à la Suisse, que la Suisse ne pouvait accorder, car elles étaient issues d'un dit Etat de Droit. Exposé dans la couverture de la collection de pédopornographie au sein de la Télévision Suisse Romande.
GLENCROSS Nicolas †. Prêtre anglais, propriétaire de la plus grande collection de pédopornographie en France (25.000 photos), fournisseur du réseau Christ Libérateur, et par extention, du réseau Toro Bravo, tout deux connexes à celui de Zandvoort.
GUIGOU Elisabeth, première femme Garde des Sceaux française, à qui Jacques Chirac à confié le premier CD-ROMS de Zandvoort. Un an plus tard, elle a fait un appel à la patrie pour avoir copie de ce cédérom et de l'ensemble du matériel, mais sans le demander au Werkgroep Morkhoven, maintenu dans l'ignorance de la demande. [FR]
HARPER, Lenny. Policier britannique qui a mené l'enquête sur le réseau pédocriminel de Jersey, retraité ainsi qu'il le prévoyait, avant de l'avoir clôturée. Son successeur a contesté ses conclusions sur les meurtres d'enfants. Il a été poursuivi, en principe pour "rétention d'information", mais en pratique "à la mode zandvoort", avec pour effet de porter le discrédit sur les faits abominables qu'il avait découvert.
HET LAATSE NIEUWS. Journal flamand qui a lancé la campagne médiatique pour empêcher que Marcel Vervloesem, à l'invitation d'Anne Marie LIZIN, puisse expliquer au Sénat la constitution des réseaux pédocriminels, sous prétexte qu'il était objet d'une procédure. Le journal refuse tout droit de réponse à ses diffamations.
HET NIEUWSBLAD. Journal flamand qui a lancé la cabale à l’encontre de Marcel Vervloesem et refuse tout droit de réponse à ses diffamations. Neuf plaintes pour viol seront déposées contre pour viol, payées 10.000 FB chacune, selon l’un des plaignants, et 5.000 de plus pour ceux qui témoigneraient devant la presse avoir été violés.
HOGE RAAD VOOR JUSTITE. Version néerlandophone du Conseil Supérieur de la Justice.
HUTSEBAUT Karine. Dite "profileuse", mise en cause dans deux cabales à l'encontre de Marcel Vervloesem. Elle s'est faite "intermédiaire" dans l'affaire Bloch, qui a incité le tribunal de Turnhout pour poursuivre Marcel Vervloesem pour "entrave à la vie privée" et l'autre en faisant une fausse identification du fils Aggenbach, qui permettra de le condamner définitivement pour "escroquerie".
HOUDMONT Jean-Marc, interrogé dans la cadre du dossier du CRIES, alors suspecté de trafic de matériel pédophile. Il est tué dans un accident de voiture le 25 février 1997, alors qu’il se rendait à Namur pour faire des "révélations" au juge d’instruction Coméliau sur l’enlèvement d’Elisabeth Brichet disparue en 1989 et son chalet a été incendié. Houdemont d'adonait au commerce de poissons exotiques, utilisé par le réseau CRIES pour dissimuler des cassettes pédopornographiques.
INFOR-HOMOSEXUALITE Bruxelles. Domicilié chaussée d’Ixelles, dans un immeuble qui abrite également et "Radio Antenne Rose" et le réseau pédocriminel CRIES.
JERSEY. Réseau pédocriminel présumé être allié à Zandvoort, exposé par le Sénateur Syvret et l'enquête du policier Lenny Harper dans le cadre d'abus au sein de l'institution pour enfants "Haut de la Garenne". L'affaire, qui annonçait un traitement normal, s'est avérée objet du traditionnel sabotage judiciaire, avec calomnies des personnes qui l'ont exposée. [EN] - [IT]
JESPERS Raf. Avocat de Marcel Vervloesem en appel.
KIEKENS Ladislas dit "Ladi". Membre du réseau Herentaels/Morkhoven. Calomnie Marcel Vervloesem, en prétendant qu'il l'aurait violé alors qu'ils était tous les deux mineurs, selon la loi de l'époque, trois fois par semaine dans les toilettes d'un grand magasin, duquel il avait été congédié un an avant que son prétendu violeur n'y soit engagé.
KARLEN Franck Olivier. Avocat parmi les trois dits experts du CIDE, qui avec Goerge Glatz et Gérard Salem, ont été chargé par la télévision suisse romande d'établir si les fichiers découverts sur un de ses ordinateurs étaient pédophiles, plutôt que de poser la question à la police.
KRIEF Jean-Claude. Ancienne victime, qui a exposé le réseau pédocriminel Coral. Il est le premier à avoir identifié le magistrat déculotté en 1982. Il sera emprisonné pour "chantage" et "faux en écriture", jusqu'à ce qu'il renie son témoignage. Les pressions exercées sur lui sont devenues manifestes en 2006, quand une analyse biométrique confirmera l'identité du magistrat déculotté.
KRIEF Michel † 1982. Assassiné au moment où il assistait son frère, Jean-Claude Krief, à exposer le réseau pédocriminel Coral.
KRIPTEN, fausse secte satanique, mais réel réseau de production d'images pédocriminel mode satanique, entre Paris et Forchies- la -Marche près de Charleroi (1988 -1992). Le dossier est connexe à celui de Zandvoort par plusieurs de ses intervenants, en France via Willy Marcau (réseaux Coral, Cries, Kripten) et en Belgique via Delbouille (réseaux Cries et Kripten) et Bernard Weinstein (réseau Dutroux). Il trouve également une connexité avec le réseau Coral via le Préfet Prouteau, qui cache les dossiers Kripten et Coral dans son garage.
LELIEVRE Michel, membre de la bande Nihoul/Dutroux. Il a été condamné à 25 ans de prison, reconnu coupable de participation à une association de malfaiteurs impliquée dans les enlèvements et les séquestrations d’enfants, ainsi que de participation à une association mêlée au trafic d’êtres humains ; des enlèvements et séquestration d'enfants et trafic d’ecstasy.
LIGUE DES DROITS DE L'HOMME. ONG international pour les droits de l'Homme, mais pour l'affaire Vervloesem. Quant à l'affaire Zandvoort, un des avocats de la Ligue a défendu Robert Mégel, mis en cause dans l'affaire Coral, et finalement condamné à 12 ans de prison. Aucune intervention n'a été obtenue pour les 90.000 enfants de Zandvoort. [FR - NE]
LIZIN Anne Marie. Femme politique belge, qui a invité Marcel Vervloesem à expliquer au Sénat la constitution des réseaux pédocriminels, ce qui sera saboté par campagne médiatique, sous prétexte qu'il était objet d'une procédure.
MAISON DE REDRESSEMENT DE MOL. Havre de recrutement d'enfants, qui selon la version officielle fuguent, avec aveuglement judiciaire sur la destination: les bordels hollandais. Les plus célèbres pensionnaires de Mol sont les frères Van der Plancken, dont l’aîné, Robbie, est celui qui a mené le Werkgroep Morkhoven au fichier Zandvoort.
MALMENDIER Jean-Pierre. Père de Corine, qui était la petite amie de Marc, tout deux assassinés. Il a fondé l'association "Marc et Corine", pour la recherche d'enfants disparus, faute d'avoir trouvé les services en mesure de l'aider. Il est l'inventeur de la "child mobile", une voiture munie d'un ordinateur et d'un scanneur, pour se rendre chez les parents d'enfants disparus et réaliser ces avis de recherche avec les photos les plus récentes.
MARC & CORINE ASBL. Organisme civil belge, fondé par Jean-Pierre Malmendier pour la recherche d'enfants disparus et le plus important réseau de diffusion d'avis de recherche, avec le concours de la compagnie des chemins de fer et de bénévoles, qui distribuaient les affiches dans tous les commerces à travers le pays. L'organisme a réalisé la plus importante recherche pour Julie et Melissa, les victimes de Dutroux. Il a ensuite été noyée par la suprématie financière de Child Focus, qui plutôt que de travailler en partenariat, s'est approprié du concept à grand renfort publicitaire, pour un service dont la qualité est contestée, notamment dans l'affaire Warnotte: 3 mois avant de voir la première affiche de la photo ancienne d'une jeune fille de 15 ans, qui avait fugué à 80 km de chez elle et restera introuvable durant 13 mois.
MARCEAU Willy, membre des réseaux CRIES (belgique), Coral (France) et Kripten (Belgique et France).
MARTIN Françoise , partie civile dans le dossier Zandvoort/France, décédée d'un cancer foudroyant. [FR]
MARTIN-DUTROUX Michelle. Epouse de Marc Dutroux. Elle est condamnée à 30 ans de prison, reconnue coupable d’association de malfaiteurs impliquée dans les enlèvements et séquestrations d’enfants ; avec la circonstance aggravante d’avoir entraîné la mort de Julie Lejeune et Melissa Rouseau et du viol de Yancka Mackova.
MARTIN Vincent. Expert psychiatre auprès des tribunaux belges, notamment dans l'affaire des Tueurs du Brabant, condamné le 3 octobre 2005 à 4 ans de prison avec sursis pour deux attentats à la pudeur et quatre viols de ses patientes. L'Ordre des Médecins belges l'a condamné à un an de suspension de ses activités le 5 décembre 2005. Il peut donc pratiquer la psychiatrie à dater du 6 décembre 2006, soit trois ans avant l'échéance de son sursis.
MARITÉ X †partie civile dans le dossier Zandvoort/France, décédée d'un cancer foudroyant. [FR]
MEGEL Robert, mis en cause dans de multiples affaires de pédophilie, dont le réseau Coral, innocenté à chaque fois. Il lui a alors été confié la direction des Tournelles, un château dont il a fait une "maison de redressement par le luxe", où de multiples personnalités du Conseil d'Administration passaient des week-ends entiers, auprès des jeunes qui y étaient incarcérés par décisions judiciaires. Poursuivi pour avoir abusé de ses pensionnaires, il était défendu en première instance par un avocat de la Ligue des Droits de l'Homme, qui a plaidé le "risque d'erreur judiciaire". Il bénéficiait du "Comité de Soutien Pédo Dandy", composé de centaines de personnalités qui soutiennent par voie de pétitions et témoignages de moralité, des membres de leur clique mis en cause dans des affaires de pédophilie ou de corruption. Mégel a finalement été condamné à une peine de 12 ans de prison, soit une sentence très légère pour les normes françaises.
MEULEMANS Ivo. Journaliste de "Het Nieuwsblad ", dont le sport préféré est de diffamer Marcel Vervloesem.
MEIR Beat, membre du réseau CRIES et auteur de la dite "cassette de Londres", montrant les tortures d’un enfant anglais de 8 ans identifié par la police britannique, que ses parents avaient mis à sa disposition de 1983 à 1987. Il est arrêté à Douvres en 1987, en possession de matériel de pornographie enfantine alors qu’il allait s’embarquer pour Calais avec un enfant de 4 ans. La dite "cassette de Londres" figurait dans le dossier du réseau "France/Roumanie-Draguignan".
MITTERAND Danièle, épouse de François, Président de la République française, fondatrice de "France-Libertés". La Première Dame de France et son organisme figurent dans le carnet d'adresses du Pasteur Doucé, fondateur du réseau pédocriminel Christ Libérateur. Elle était également des invitées des Tournelles, une maison de redressement "par le luxe" où de multiples personnalités ont été exposées pour être venu abuser des jeunes qui y étaient placés par la justice.
NIHOUL Michel, tête d'un réseau qui porte son nom, cité dans un nombre impressionnant d'affaires pédocriminelles belges. Il a été condamné à cinq ans de prison dans la dite affaire Dutroux, reconnu coupable d’être le chef d'une association de malfaiteurs impliquée dans un trafic de drogue, de voitures, de documents d'identité ou dans la traite des êtres humains.
NIHOUL/DUTROUX. La plus célèbre des branches du réseau Nihoul, parce que Marc Dutroux a été condamné pour tous les méfaits du réseau, en tant que prédateur isolé.
NIHOUL/Q8. Réseau qui touche à la direction de la compagnie pétrolière, dans lequel apparaît de nombreux intervenants des bandes Nihoul et Dutroux, autour duquel au moins huit morts ou disparitions d'enfants ont été objet de sabotages d'enquête.
NIHOUL/NIGERIA. Réseau spécialisé dans les escroqueries assorties de trafic d'enfants. Elle a la capacité de développer une importante infrastructure pour piéger les plus fortunés. Elle est exposée pour ses alliances avec Annie Bouty, mère des enfants de Nihoul et bénéficie également des sabotages judiciaires.
NUNES CARDOSO António. Inspecteur de la police judiciaire portugaise en Algarve, condamné le 22 mai 2009, à deux ans et six mois d'emprisonnement pour falsification de document, avec deux ans de sursis, dans le cadre de la disparition de Joana Cipriano, menant à la condamnation de la mère et l'oncle de l'enfant à 16 ans et 8 mois de prison chacun, pour avoir "assassiné, découpé et congelé" la petite fille... pour la donner à manger aux cochons.
LE RIBAULT, Loïc. Formateur de la police scientifique française. Il a apporté les preuves scientifiques éclairant plusieurs affaires présumées alliées au réseau Zandvoort, dont dans celles des "disparus de Mourmelon" et de "l'Ordre du Temple Solaire". Il a ensuite été objet du traditionnel montage judiciaire et est même tombé dans le piège suisse,
LOUF Régina, victime du réseau "Van den Bogaert". [FR]
LOUIS Emile, repentis du réseau des disparues de l'Yonne, qui sera condamné à une peine examplaire.
ONG. Organisation Non Gouvernementale.
ONKELINX Laurette. Ministre de la justice qui a couvert la condamnation de Marcel Vervloesem en première instance, refusant toute intervention pour assurer la légalité des procédures, au motif de la séparation des pouvoirs.
OPÉRATION "ACHILLES". Opération policière internationale anti pédopornographie suivant l'opération Hamlet et précédent l'opération Vidéo Child
OPÉRATION "CATHEDRALE". Opération policière, dont les producteurs sont également actifs pour le réseau Zandvoort.
OPÉRATION "HAMLET". La première opération policiaire ayant exposé Pascal TAVEIRNE, à l'origine de l'Opération KOALA.
OPÉRATION " KIPOFOR"action de sensibilisation du Werkgroep Morkhoven, qui a envoyé aux têtes courronées et chefs d'états copie d'un des CD-ROM de Zandvoort.
OPÉRATION KOALA. Opération policière internationale anti pédopornographie suivant l'opération Vidéo Child.
OPÉRATION VIDEO CHILD. Opération policière anti pédopornographie suivant l'opération Achilles et précédent l'opération Koa
ORDRE DES MEDECINS BELGESL'ordre belge des médecins a l'originalité de répondre qu'il ne s'occupe pas des médecins de justice, notamment du Dr Cosyns qui a omis de faire les examens médicaux qui établissaient que Marcel Vervloesem était physiquement incapable de violer quiconque, ainsi de ses médecins traitants et du médecin de la prison de Turnhout qui ont tous omis de l'aviser d'un cancer, jusqu'à ce qu'il développe deux métastases. En revanche, il a été d'une clémence remarquable avec le Dr Vincent, expert judiciaire violeur, en lui permettant de reprendre le travail avant l'échéance de son sursis.
ORDRE DES MEDECINS FRANCAIS. L'ordre français des médecins est célèbre pour faire suspendre les médecins qui signalent des abus sexuels d'enfants.
ORDRE DES PHARMACIENS FRANCAIS. L'ordre français des pharmaciens est célèbre pour avoir poursuivi Loïc Le Ribault, Docteur es Sciences et expert judiciaire, pour exercice illégal de la pharmacie, alors qu'il démontrait scientifiquement la culpabilité de mis en cause dans des affaires connexes à celle du réseau pédocriminel Zandvoort, ce qui a suffit à le faire incarcérer.
PIEGE SUISSE. Piège organisé par diverses organismes civils de la protection de l'enfance, invitant les mères à demander à la Suisse un asile politique qui ne peut leur être octroyé pour les résidents d'Etat de Droit, ce qui permettra au réseau judiciaire Français de les faire incarcérer pour enlèvement parental et d'attribuer la garde de l'enfant aux pères mis en cause.

POUPARD Patricia, mère de victime de la branche Zandvoort/Bordeaux, tombée dans le "Piège Suisse". Elle a été condamnée à 9 mois de prison fermes pour enlèvement parental, en dépit d'une analyse de sang qui démontrait que son fils avait une maladie vénérienne à l'âge de 7 ans et escroquée de tous ses acquis, par voie judiciaire. [FR]

PRESSE. Puissant organe de désinformation sur les réseaux pédocriminels, assistant la magistrature dans la constitution de cabales, pour condamner les victimes et témoins à la place des mis en cause.

PROUTEAU, préfet, chef de la "cellule des écoutes de l’Elysée" qui avait fait scandale en son temps, cache dans son garage, les dossiers "Coral ballets bleus", "Coral 82" et Kripten.
SCOTLAND YARDpolice britanique, sollicitée par la Reine d'Angleterre suite à l'Opération Kipofor, qui n'a toutefois pas jugé bon entendre le Werkgroep Morkhoven.

RADIO ANTENNE ROSE Bruxelles était domicilié chaussée d’Ixelles, dans un immeuble qui abrite également et Infor Homosexualité et le réseau pédocriminel CRIES.
RAEMAECKERS Jean-Pierre. Condamné en 1989 pour viol de mineures, Raemaeckers est accordé la liberté conditionnelle en août 1992. Il filme, dans un appartement de l’avenue Louise à Bruxelles, viols avec violences extrêmes sur deux petites filles, l'une de moins de 10 ans, l'autre de moins de 14 ans. Il est arrêté le 21 mai 1993 à Rotterdam où il s’apprêtait à racheter un porno-shop. Il sera condamné à la prison à vie en janvier 95 . En audience publique il citera le nom d’un membre de la famille d’un magistrat et assure que cet homme n’est que la petite partie émergée de l’iceberg d’un réseau de pédophiles. Weinstein, du réseau Nihoul/Dutroux, fréquente le studio d’enregistrement videos de Raemaeckers. Le parquet de Bruxelles donnera l’ordre de détruire son stock de cassettes pédophiles, 2 jours avant l’arrestation de Dutroux en août 1996.
RECHTEN VAN GEVANGENEN [NE]

SPINKS, Warwick. Employé des réseaux Zandvoort, branches Appolo, Temse-Madeira. [EN]
TAVEIRNE Pascal. Belge de Bruges, à l'origine des opérations Hamlet, Achilles, Vidéo Child et Koala. Condamné à 10 ans de prison.

RALET Olivier, photographe du réseau CRIES/UNICEF.

ROSOOR Michel. Mis en cause dans le réseau Cries, Michel Rosoor possédait un magasin de poissons exotiques dans la zone industrielle de Grand-Bigard près de Bruxelles, qui servait de couverture pour l'envoi de casse pédophile, et via lequel il se livrait à un trafic de fausses marques. Il commandait à Jean-Claude Weber des cassettes pédophiles, dissimulées dans des envois de poissons exotiques. Il fut ensuite connu en tant qu'un "riche pédophile belge, résidant à Pattaya en Thailande, qui informe régulièrement les amateurs d’enfants sur les possibilités de tourisme pédo-sexuel en Asie et envoie des photos de mineurs", selon Chabanne, principal inculpé du réseau France/Roumanie/Dragignan. Selon un témoin qui a travaillé pour lui en Thaïlande, Rosoor disait bien connaître Dutroux. (voir cries)
ROUSSEL Michel. Gendarme qui a mené l'affaire Alègre.
SALEM, Gérard. Médecin psychiatre suisse mis en cause dans le "Piège Suisse" en 2000. La Radio Suisse Romande lui a confié la mission, en même temps qu'à deux autres experts, de définir si un de leurs employéscollectionnait de pédopornographie, ce qu'il a accepté, plutôt que de laisser la police en décider.
SALZMANN, magistrat français qui a classé le dossier Coral 82, où figure un de ses confrères déculotté avec un garçon de 11 ans, puis quatre ans plus tard, le dossier de Cécile Bloch. Les deux enfants et le magistrat déculotté reparaîtront dans le dossier Zandvoort, que le juge Ringot classera sans les mentionner en 2003.
SARI - "La Maison des Turcs" asbl. Harcèlement judiciaire d'un turc, qui dénonce des traffics de faux documents médicaux, permis de conduire, traductions mensongères, arnaques à la sécurité sociale, etc., toléré par les Etats belges et turcs, avec emprisonnement et internements en psychiatrie en mesure d'intimidation.
SPARTAKUS. Guide qui fournissant toutes les informations nécessaires aux adeptes du tourisme homosexuel, édité dés 1970 en Allemagne, par l'ex-pasteur Stamford, qui s'y vantait d’avoir testé personnellement les enfants. Spartakus s'est rapidement vendu à 60 000 exemplaires l'an et donnera son nom à un vaste réseau pédocriminel international basé sur l'arrondissement judiciaire en première instance du tribunal de Turnhout, dans la ville de Geel. Le seul pays qui a pris l'affaire au sérieux est la Grèce, en août 1996, neuf mois après la mort du pasteur, suite à u scandale médiatique. Plus de 700 arrestations ont alors été effectuées dans les 264 bordels d'enfants figurant au Guide Spartakus, à Athènes et dans les îles grecques, qui ont permis de libérer des enfants enchaînés, pour les plaisirs perverses.
STAMFORD Pasteur John David a fuit son Angleterre natale et eut des ennuis judiciaires à Berlin, puis trouvé son paradis à Geel, où il tenait une "maison de massage", soit la qualification pédo-judiciaire d'un bordel agréé par l'état. Editeur du "Guide Spartakus", organisait des vacances, il partageait son carnet d'adresses avec les réseaux Zandvoort et Cries, mais avait également un carnet personnel, et avaient 183 clients en Belgique. Il sera arrêté le 20 septembre 1993, puis remis en liberté au bout de 4 mois de prison préventive. Le Ministère Public ne retiendra pourtant la nécessité de ne requérir qu’un an de prison, parce que étranger, Stamford avait commis ses infractions à l’étranger. Une crise cardiaque en décembre 1995 mettra fin à l’action judiciaire, sans que ses clients ne soient inquiétés
STOP A L'OUBLI. Association française crée par Gabriel Loubradou, le père d'Hélène, une jeune femme disparue de la clinique d'Aufréry le 16 août 1989, à moins de dix kilomètres de Toulouse, après avoir été vue accompagnée d'un homme dont la description physique correspondait au tueur en série Patrice Alègre. Le dossier sera classé une première fois trois mois plus tard, en novembre 1989, sans qu'aucune audition ne soit retranscrite sur procès-verbal. Stop à l'Oubli regroupe de nombreuses familles de victimes et des dizaines de dossiers, de personnes disparues où dites "suicidées" dans des circonstances invraisemblables.SYVRET, Stuart. Sénateur de Jersey, ex-ministre, massacré politiquement, objet de violentes menaces, y compris d'une arrestation arbitraire, après avoir exposé le réseau pédocriminel de Jersey.
TACK, Mark. Procureur de la Cour d'Appel d'Anvers qui a qualifié le dossier Zandvoort de "bulle crevée".
TÉMOINS VICTIMES [FR]
TUERIES DU BRABANT. Les tueries gratuites présumées avoir eu pour objectif de détourner l'attention d'enquêteurs et politiciens, d'affaires concernant la criminalité organisée, aujourd'hui avantageusement remplacées par certaines attaques terroristes, mélangeant le vrai et le faux.

ULRICH, Geritt-Jan  1998. Propriétaire du fichier Zandvoort, commercialisé sur son site Internet "Appolo"

VAN DEN BOGAERT. Réseau ayant exploité Régina Louf, exposé pour ses alliances avec le réseau Nihoul/Dutroux, mais aussi Zandvoort via Katrien De Cuyper.

VAN DER PLANCKEN, Robbie. Ancienne victime de Ulrich, employé sous chantage. Il a mené Marcel Vervloesem au fichier Zandvoort. Il a été condamné à 15 ans de prison pour le meurtre de Ulrich.

VANDEURZEN Jo, ex- Ministre de la Justice, qui ni les conclusion du Conseil Supérieur de la Justice sur le vol de sept CD-ROMS de Zandvoort, pour justifier la condamnation de Marcel Vervloesem sur base d'un dossier incomplet. Il démissionera après avoir été exposé pour avoir influencé sur le procès Fortis, en violation de la séparation des pouvoirs. [FR - NE]
VAN CRAENMagistrat mis en cause par Marcel Vervloesem en 1990, qui le condamnera en 2008, pour des crimes dont il était physiquement incapable de comettre.
VANDER FLAES Peter, accusateur public au tribunal de Turnhout, a déclaré publiquement son intention d’engager une procédure judiciaire à l’encontre de Marcel Vervloesem, pour "atteinte à l’honneur". Il lui reprochait une campagne de sensibilisation conjointe entre son ONG et la Fondation Princesse de Croÿ, sur l’importance d’enquêtes approfondies dans les domaines de la pédocriminalité organisée, qui lui imputait d’avoir "fermé les yeux" sur le dossier Zandvoort. Il a renoncé à sa plainte et été maintenu dans ses fonctions. Il a alors retenu l’illustration du pamphlet, qui représentait la justice demandée à une enfant égorgée et d’autres enfants dans des appareils de tortures, pour poursuivre Marcel Vervloesem pour "diffusion de pornographie d’enfants". Il a éliminé le témoignage de la princesse de Croÿ, faute de procédure répétée en appel, alors qu’elle avait été reconnue par le Conseil Supérieur de la Justice. Il a retenu un dossier de viol, avec pour pièces à conviction des bambous de jardin qui auraient servi à battre deux adolescents, alors que le troisième avait avoué qu’ils avaient mentis sous la menace. Il a obtenu de condamner Marcel Vervloesem à une interdiction de contacte avec la presse.
VAN GENECHTEN Karl. Officier instructeur de la police hollandaise, que l'association ZOEKLICHT confond avec le Chef inspecteur A.C BERGEN qui monte la cabale Aggenbach.

VAN PARYS, Tony, ex-ministre belge de la justice. Le Roi Albert II lui confie sept des CD-ROMS de Zandvoort, qui sont classés en secret pour cause de "coupables inconnus", puis volés du Palais de Justice d'Anvers.
VERBEEK Josephdirecteur de L’UNICEF Belgique, condamné en première instance dans l'affaire CRIES à 2 ans avec sursis, acquitté en appel.
VÉRONIQUE X †[FR],

VEDRINE Hubert, ex-ministre français des affaires étrangères. Domicilié pour raisons électorales chez le père Glencross qui était fournisseur du Pasteur Doucé, et par conséquent des réseaux Christ Libérateur et Toro Bravo.
VERDI Patrice. Policier à Canne, il fait un rapport concernant une affaire de pédophilie mettant en cause un ami de Bernard Brochand, Député Maire de Cannes. Il est immédiatement objet d'erreurs judiciaires et administratives en série, qui tentent de le faire passer pour fou, puis anéantissent tous ses droits sociaux, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus trouver un logement. [FR]
VERVOTTE Inge, députée, qui deviendra ministre de la santé, invita Marcel Vervloesem et Jan Boeykens du Werkgroep Morkhoven. Elle leur demanda de collaborer à une nouvelle loi établissant une réglementation autour de l’utilisation des cellules d’isolation dans les instituts psychiatriques, ce qui comprennait des mesures de contrôle visant à protéger autant les adultes que les enfants.
VERVLOESEM Luc et Christel. Ex-membres du Werkgroep Morkhoven, objets de harcèlements administratifs, visant à les chasser de leur logement social.

VERVLOESEM Marcel, membre fondateur du Werkgroep Morkhoven, incarcéré pour des crimes que la médecine le reconnaît physiquement incapable via de fausses erreurs judiciaires et administratives, poussé au [EN - FR - IT - NE]

VERVLOESEM Victor. Frère cadet de Marcel Vervloesem, exposé dans 5 cas d'abus sexuels de mineur, membre du réseau Herentals/Morkhoven.
Dr MARTIN Vincent. Expert psychiatre auprès des tribunaux belges, notamment dans l'affaire des Tueurs du Brabant, condamné le 3 octobre 2005 à 4 ans de prison avec sursis pour deux attentats à la pudeur et quatre viols de ses patientes. L'Ordre des Médecins belges l'a condamné à un an de suspension de ses activités le 5 décembre 2005. Il peut donc pratiquer la psychiatrie à dater du 6 décembre 2006, soit trois ans avant l'échéance de son sursis.

WEBER Jean-Claude, domicilié à Jupille, qui se fait passer pour cinéaste, condamné à 6 ans de prison en France pour des faits de pédophilie, et à 9 ans de prison dans l'affaire CRIES/UNICEF Belgique. Jean-Claude Weber a avoué à l’inspecteur Y. Zimmer, en commission rogatoire, qu’il envoyait régulièrement des cassettes pédophiles en Belgique à Michel Rosoor. Les cassettes étaient cachées dans des envois de poissons exotiques destinés à l’entreprise qui servait de "couverture" à Rosoor dans la zone industrielle de Grand-Bigard près de Bruxelles, où il se livrait aussi au trafic de fausses marques.
WEECKERS Jan, architecte hollandais de Delft, chez qui la police saisit de nombreux documents dans le cadre du réseau CRIES.
WERKGROEP MORKHOVEN. Association sans but lucratif, dont les objectifs sont la lutte contre les réseaux pédocriminels et l'assistance aux personnes discriminées.
WOLF Rainer, propriétaire d'un bordel sadomasochiste à Berlin, beau-père de Manuel Schadwald, enfant disparu et dont la photo a été retrouvée dans le fichier Zandvoort.
ZANDVOORT. Large réseau pédocriminel, avec ramifications dans le monde entier, baptisé au non de la ville hollandaise où Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven ont découvert ses archives en 1198, dont 21 CD-ROMS qui comporte plus de 100.000 photos de viols, tortures, pornographie et incitation de crime sur des enfants.
ZANDVOORT/BELGIQUE. Branche belge d'un large réseau pédocriminel international, sous protectorat de Patrick Dewael, ex-ministre de l'intérieur, et de tous les ministres de la justice qui se sont succédés depuis la découverte des pièces à conviction. L'enquête a été confiée à la juridiction de Turnhout dont dépend le Werkgroep Morkhoven, qui a exposé le dossier.
  • ANVERS/MOL. Ganumèdes suivait les enfants de Good Engels, renvoyés à la maison de redressement de Mol, pour les corrompre et les introduire dans le réseau hollandais. Le plus célèbre pentionnaire de Mol est Robbie Van Der Plancken, fils de patron de bordel, exploité puis employé par le réseau Zandvoort, qui a mené Marcel Vervloesem au fichier. Le jeune qui a rétracté ses accusations envers Marcel Vervloesem, a été envoyé à Mol.
  • ANVERS/TEMSE. Les jeunes patients de l'hôpital Good Engels d'Anvers, étaient invité par Norbert De Rijck, le téléphoniste de l'hôpital de Temse, pour tourner des films pornographiques dans les cafés Monty et Gayatti à Temse, situé à 17 kilomètres d'Anvers.
  • ANVERS/X-KISS. La société hollandaise "Studios DE PAUW" et X-Kiss partageaient le studio pédopornographique au dessus du café "Les Routiers", dernier lieu où Katrien De Cuyper (15 ans) a été vue en vie. Elle sera identifiée dans le fichier Zandvoort.
  • TEMSE/MADEIRA. Norbert De Rijck, le téléphoniste de l'hôpital de Temse, avait réalisé avec Spinks, un anglais, Da Souza, un portugais, un réseau de vacances avec tournage de films pédopornographiques sur l'île de Madeire, dans lequel sera identifié Manuel Schadwald, qui mènera au fichier Zandvoort.
  • TURNHOUT/GEEL/CIPAL. Réseau sous protectorat de Patrick Dewael, alors Ministre de l'Intérieur, qui ont couvert la commande d'un enfant moldave à 1000 euros la nuit, de fausses erreurs de procédures libérant des criminels en aveux, sous la juridiction de Turnhout. Geel est situé à 20 kilomètres de Morkhoven.
  • TURNHOUT/GEEL/SPARTACUS. Réseau du Pasteur Stamford, qui partageait ses liste avec les réseaux Zandvoort et CRIES, sous la juridiction du tribunal de Turnhout.
  • TURNHOUT/HERENTALS. Réseau pédocriminel actif à l'enlèvement et l'abus filmés de jeunes filles, sous protectorat de Stefaan De Clerk. Le Ministre de la justice avait alors demandé une enquête sur le Werkgroep Morkhoven qui avait localisé une jeune fille, mais pas sur les criminels qui l'avaient enlevés.
  • TURNHOUT/HERENTALS/MORKHOVEN. Le village de Morkhoven est sous la tutelle policière de la ville de Herentals et de l'arrondissement judiciaire de Turnhout. La dite "bande de Morkhoven" opère toute sorte de larcins, récupère des jeunes filles fugueuses. Elle monte avec Hilde Cools, alias "La None", lettrée parmi les illettrés, la cabale à l'encontre de Marcel Vervloesem. Elle espère récupérer sa maison pour faire un trou entre les deux salons, afin de justifier des adoptions d'enfants indiens, qui lui rapportent des bénéfices sociaux.
  • C.R.I.E.S/UNICEF. Réseau sous la direction de Carpentier, amant du Pasteur Doucé (réseau Zandvoort/Paris/Christ Libérateur), exploitant principalement des enfants magrébins et faisant la promotion de la pédophilie. Le réseau partage sa liste de clients avec les réseaux APPOLO (Zandvoort - Hollande) et SPARTACUS (Geel - Belgique).
ZANDVOORT/FRANCE. Parmi les plus puissantes branches du réseau Zandvoort, sous le protectorat du dit "magistrat déculotté", identifié par analyse biométrique, avec un garçon de 11 ans, tout deux culotte baissée. Ce magistrat est impliqué dans une soixantaine d'organisme civil pour la protection de l'enfance, faisant le pont entre la France et divers pays, dont le principal allié est la Suisse.
  • ANGERS. Important réseau dont des victimes se sont reconnues dans le fichier Zandvoort. 63 condamnés à des peines totalisant 517 ans de prison, sans toutefois apporter de résultat concernant le réseau de distribution.
  • ZANDVOORT/FRANCE/BORDEAUX. Important réseau par son école de la magistrature. Deux victimes/témoins du réseau Zandvoort ont été emprisonnées par le même magistrat de Bordeaux: Patricia Poupard, niée son droit à protéger son fils malgré une analyse qui le démontrait atteint d'une maladie vénérienne à l'âge de sept ans, et Loïc Le Ribault, sommité mondiale de la police scientifique, qui apportera la lumière sur plusieurs des branches de Zandvoort.
  • CORAL. Part d'un "collectif réseau alternatif" de 34 communautés pour enfants handicapés, le Coral est dirigé par Claude Sigala, figurant sur les listes des réseaux Cries, Spartacus et Zandvoort. En 1979, un enfant de 11 ans est retrouvé la tête noyée dans un seau d’eau dont l’autopsie révélera qu’il a été sodomisé. En 1982, Jean-Claude Krief expose un réseau de 340 personnalités dans le monde politique, artistique et journalistique, qui se rendent au Coral et abusent des enfants. Il identifie sur une photo, un magistrat déculotté, en compagnie d'un garçon de 11 ans, qui sera retrouvée dans le fichier Zandvoort. Depuis, les mis en cause dans le réseau Coral apparaissent à la source de la fabrication médiatique de toutes les coqueluches de la protection de l'enfance en France et du sabotage judiciaire de tous les scandales de pédophilie.ZANDVOORT/FRANCE/GARCHE. Tête de pont du réseau Zandvoort en France.
  • CHRIST LIBERATEUR. Fondé par le Pasteur Doucé, ex-amant du fondateur du réseau C.R.I.E.S, puis du fondateur du réseau Toro Bravo.
  • DRAGUIGNAN/ROUMANIE. En 1994, chez un curé de Loriol qui héberge un pédophile, les enquêteurs découvrent des documents sur la création d’un orphelinat en Roumanie. Ils trouvent également un lot de cassettes, dont la dite la dite "cassette de Londres", tournée par Beat Meir, le suisse membre du réseau Cries. Ils identifient plusieurs abuseurs français et Michel Rosoor, également membre du réseau Cries.
  • KRIPTEN. Réseau faisant croire aux enfants qu'ils allaient sur Uranus. Connexe à Zandvoort/Dutroux Bernard Weinstein, Zandvoort/Coral et Zandvoort/Cries via Willy Marceau et Jacques Delbouille.
  • LYON. Tête de pont du réseau Zandvoort en France.
  • MAYENNE. Allié à Zandvoort via sa connexité établie avec le réseau d'Angers.
  • MOURMELON. Disparition de huit jeunes recrues de l'armée, toutes été accusées d'avoir déserté, jusqu'à la prise en flagrant délit de Pierre Chanal, un officier supérieur, en train de violer un autostoppeur. Plusieurs noms de Zandvoort apparaissent dans ce dossier, qui a été objet de sabotage judiciaire. Loïc Le Ribault a apporté
  • TORO BRAVO. Vend ses photos au réseau Zandvoort.
  • YONNE, deux disparues de l'Yonne ont été reconnues dans le fichier Zandvoort
ZOEKLICHT, organisme civil holandais qui a publié sur son site des photos d'enfants de Zandvoort et qui assure au Werkgroep Morkhoven, que le Chef inspecteur A.C Bergen qui a organisé la cabale Aggenbach serait Officier instructeur Karl Van Genechten de la même police.