mercredi 29 février 2012

Mannequin présidentielle


Une enquête approfondie et courageuse sur les méthodes scandaleuses
et occultes qu'utilisent les organismes de pouvoirs tels que CIA, FBI,
NSA, services secrets militaires et gouvernementaux, mais aussi la
NASA et les sociétés dites secrètes (Illuminati,etc.)
Selon ce rapport extrêmement troublant, des survivants du Programme Monarch du contrôle de l'esprit, affirment avoir été utilisés comme esclaves top-techniques par certains services secrets et politiciens de haut-niveaux.


Les voyages de Sullivan

        Les abus sataniques rituels, les horribles tortures et les abus sexuels sur enfants sont une composante clé de la production d'esclaves à l'esprit contrôlé.

        K. Sullivan, survivante du contrôle de l'esprit, à écrit un stupéfiant, MK, récit romancé de sa vie qui décrit le monde des personnalités multiples. A son crédit, Sullivan a été capable de reconstruire à partir de ses souvenirs la méthodologie et les mécanismes qui conduisent d'un état de la personnalité à un autre. Programmée meurtrière et esclave sexuelle, Sullivan dit qu'elle fut abusée et violée par Robert Maxwell, Henry Kissinger, Georges Bush et Billy Graham, entre autres. Un de ses contrôleurs était l'agent James Jesus Angleton, aujourd'hui décédé, communément considéré comme un agent du K.G.B. et du Mossad.

        Dans une interview récente, Sullivan a parlé de son milieu d'origine comme d'une soumission à l'élite de génération en génération, et de son beau-père, maintenant décédé, qui fut initialement son premier programmeur. L'image qu'il donnait était celle d'un homme allant à l'église, citoyen d'un niveau de vie élevé, ingénieur mécanicien, programmeur professionnel très curieusement intéressé par la robotique.

        "Plusieurs personnes entraînèrent, conditionnèrent puis brisèrent ma volonté et ma psyché, et me programmèrent à différents états altérés, raconte-t-elle. Mon père fut celui qui m'en fit subir le plus. Il le fit par la terreur. Il le fit par la torture. C'était un homme très brillant, et il semblait aimer nous faire cela, à moi ainsi qu'à d'autres enfants."

        Confirmant que son père avait lui-même été "horriblement abusé étant enfant", Sullivan ajouta: "J'en suis certaine. Son père était un druide gallois qui avait été vendu enfant à un capitaine qui l'amena aux Etats-Unis. C'est du moins la mentalité de ma famille, l'esclavage des enfants est admis. J'ai entendu cela des membres les plus vieux de la famille. Ils ne l'ont jamais nié. Mais mon grand-père était également un druide clandestin. Je suis sûre qu'il avait amené cette religion avec lui du Pays de Galles. Une des choses qu'il faisait était d'aller dans le cimetière voisin déterrer des cadavres, les ramener dans la cave, et s'amuser avec. Il faisait aussi parfois des rituels de nuit dans la forêt durant lesquels il sacrifiait des bébés. Voilà ce à quoi j'étais exposée, et je suis sûre que mon père le fut aussi, ce qui ne lui laissa pas d'autre alternative que de devenir comme son propre père."

        Et comment ce comportement est-il relié au satanisme, ou s'agit-il seulement d'abus sur les enfants transmis de génération en génération?

        "Je pense que c'est les deux, répondit-elle lentement, et cela revient à dire que ces gens ont des activités illégales. Les criminels rencontrent les criminels. Ils ont tendance à se chercher et c'est étonnant de voir comment ils peuvent se trouver. Mon grand-père a fait des contacts avec la mafia dans notre coin et c'est clair qu'il s'agissait de la famille Colombo. Je ne sais pas ce qu'il a fait exactement mais j'ai le souvenir de l'avoir accompagné dans un camion de ciment et avec d'autres chauffeurs de ces camions ils utilisaient le ciment pour enterrer plusieurs corps. Je suppose qu'ils faisaient juste ce qui devait être fait. Cela se passait à New York et en Pennsylvanie. Mon père était un assassin, entre autres choses, et ces gens aimaient vraiment tuer. Il tuait plus pour gagner des faveurs que pour l'argent. Il a eu autant d'enfants qu'il voulait en élever."

        Son père avait aussi des connexions avec la C.I.A. et la N.A.S.A. "Son travail avec la C.I.A. semblait plutôt secret. Il a travaillé pour Western Electric et plus tard pour AT&T, dit-elle. J'ai découvert depuis que la Western Electric avait des liens forts avec la C.I.A. J'ai pu accéder à certains de ses papiers depuis son décès et j'ai trouvé trace dans son agenda de plusieurs contacts avec la N.A.S.A. Depuis, je me suis souvenue qu'il m'avait emmenée dans plusieurs installations qui étaient des installations de la N.A.S.A. Les connexions de la N.A.S.A. semblent être directement liées à la connexion Paperclip. Après la guerre, les nazis ont été amenés dans le pays et intégrés à la structure de la N.A.S.A.

        "Mon père, à cause de ses origines celtiques, avait une très faible estime de lui-même, continua Sullivan. Etre mis au contact de criminels de guerre nazis a représenté beaucoup pour lui, car sa mère était allemande. Entre ses origines celtiques d'une part et sa mère allemande d'autre part, ces hommes lui ont construit une estime de lui-même à la dimension de l'idéologie aryenne. Il s'identifia énormément à eux et, d'après ce que je comprends, une grande partie de sa formation lui fut donnée par un homme que j'ai connu sous le nom de "docteur Schwartz". Il avait des cheveux bruns légèrement ondulés et des yeux noirs. Il était mince. Je ne pourrais pas dire sa taille car j'étais enfant. Il avait un accent allemand prononcé. Les gens l'appelaient Herr Doctor ou docteur Schwartz, l'un ou l'autre. Parfois on l'appelait docteur Black. Il était pédophile, c'est certain, et c'était un homme très froid. Il aimait faire croire aux enfants qu'ils se sentiraient en sécurité avec lui. Mais il faisait quelque chose qui les bouleversait, et après quoi les enfants étaient effrayés."


Une programmation pluraliste

        Sullivan expliqua qu'elle était au service sexuel d'hommes et de femmes dans le mode bêta, et pour les assassinats, la garde du corps et les intrusions dans les situations de prises d'otages, dans le mode delta. Mais qu'est la programmation en mode alpha, bêta, delta et thêta?

        "Alpha était la base de tous les autres programmes, continue-t-elle. C'est apparemment là que toute une série d'informations ont été stockées dans ma mémoire, dans mon esprit, à utiliser par les programmeurs pour développer les autres programmes. C'est aussi là que mes alters les plus utilisés étaient stockés. Le mode bêta concernait la partie de moi-même consacrée au service sexuel. Ils appelaient parfois aussi cet état "Barbie". Ce nom était supposé être inspiré de Klaus Barbie." (comme les poupées Barbie?)

        Les rescapées Cathy O'Brien et Brice Taylor furent également soumises au conditionnement en mode bêta, celui de la programmation d'esclaves sexuels. Elles étaient dénommées, tout comme l'actrice Marilyn Monroe, "mannequins présidentiels" -- esclaves sexuelles à l'usage d'hommes politiques de haut rang.

        D'après le livre de Springmeier: "En 1981 le Nouvel Ordre Mondial a réalisé des films pour former leurs programmeurs novices. Cathy O'Brien, esclave de Monarch fut utilisée pour tourner les films "Comment diviser une personnalité" et "Comment créer une esclave sexuelle". Deux photographes pornographes de Huntsville furent employés pour aider la N.A.S.A. à leur réalisation."

        Sullivan se rappelle: "J'ai été utilisée en enfant et en adulte dans ces états altérés de la personnalité, et il y en a plus d'un. Dans ces états je ne résistais pas. Je n'avais pas de colère. J'étais une esclave sexuelle totale et je faisais tout ce que l'on me demandait, quoique ce fût."

        Le mode delta est le mode utilisé pour la programmation militaire de tueurs, que des films comme Nikita, son remake américain Point of No Return, et The Long Kiss Goodnight ont inséré dans la conscience populaire.

        A propos de la programmation delta, Sullivan dit: "C'est quand j'étais utilisée pour faire des coups, des meurtres, et aussi la garde du corps et des libérations d'otages. J'avais un grand nombre de diverses personnalité avec entraînement spécialisé et qui fonctionnaient selon divers modes pour effectuer différentes tâches."

        Pourquoi les conditionnements pour des personnalités différentes étaient-ils exécutés séparément?

        "En partie pour que je ne puisse pas me souvenir de trop de choses en même temps si jamais je commençais à me souvenir, déclare-t-elle, et aussi parce qu'ils devaient pouvoir exploiter une seule personnalité pour un certain type de situation. Si vous souhaitiez manifester une partie très loyale à autrui pour une fonction de garde du corps, vous ne vouliez pas qu'elle s'efface et que sorte une autre partie spécialement programmée pour tuer - vous vous sentiriez désolé pour la cible. Ainsi vous devez garder séparés les émotions aussi bien que les motifs. Voilà pourquoi ils devaient opérer les programmations séparément."

        La description de la programmation thêta faite par Sullivan semble correspondre au développement et à l'utilisation de ce qu'on appelle plus communément "pouvoirs extrasensoriels" ou "capacités extra-physiques".

        "Le mode thêta, c'était lorsqu'ils utilisaient - je n'aime pas le terme de "psychique" car il a été trop souvent mal employé - l'énergie de la pensée, dit-elle. Je la connaissais seulement comme une énergie individuelle de type magnétique pouvant faire différentes choses qu'ils expérimentaient, y compris la connexion à longue distance avec l'esprit d'autres personnes, même dans des pays étrangers.  Je suppose qu'on pourrait appeler ça "vision à distance" lorsqu'il s'agissait de voir ce qu'une personne faisait dans un autre Etat, dans une pièce ou quelque chose comme cela.

        C'était à la fois de la programmation et de l'expérimentation. Car ils gardaient ces opérations "encapsulées" en différentes parties de mon être, différents états. Cela constitua beaucoup d'entraînements, beaucoup d'expérimentations.

        La programmation thêta impliquait également l'énergie de la pensée pour tuer quelqu'un à distance.

        "A plusieurs reprises j'ai rencontré par hasard d'autres victimes de la programmation thêta, raconta Sullivan lors d'une interview à la radio CKLN. Un des thèmes de livre et de film qu'ils utilisaient intensivement était Dune, de Frank Herbert. Ce n'est pas très difficile de comprendre pourquoi, car ils nous ont appris que nous pouvions provoquer des événements chez d'autres personnes. Il s'agissait de faire monter la rage en dedans de nous, et elle ressortait sous forme d'énergie pure qui les frappait. Ils avaient parlé de gens dont les organes digestifs implosaient. Je n'en sais rien je ne peux voir l'intérieur du corps des cibles, mais je sais que cela marchait."

        Le mélange calculé de choses bienveillantes ou malfaisantes semble bien être la signature de la méthodologie des Illuminati. C'est comme s'ils reconnaissaient, à un niveau spirituel, que le karma d'horreur qu'il créaient devait être contrebalancé par de généreux gestes philanthropiques comme, par exemple, donner un milliard de dollars aux Nations Unies ou d'autres gestes d'une grande compassion.

        Ils ont aussi essayé de m'employer pour soigner par imposition des mains, car ma grand-mère était une guérisseuse suédoise. Ainsi ils essayaient de nous employer, moi et d'autres rescapé que j'ai rencontrés depuis, également dans ce mode. Soigner par les mains revenait à focaliser l'énergie dans le corps de la personne concernée.


Le calvaire de Brice Taylor

        Un autre livre, celui de Brice Taylor: Starshine: One Woman's Valiant Escape from Mind Control, [Starshine: comment une femme a courageusement échappé au contrôle de l'esprit], corrobore les témoignages de Cathy O'Brien et K.Sullivan. Même s'il est lui aussi une version romancée, ce livre montre clairement que les plus grands crimes ont été et sont toujours perpétrés par les principaux acteurs des élites du pouvoir mondial.

        Brice Taylor était aussi un "mannequin présidentiel", et dans une interview récente elle a donné des détails intimes de ses nombreuses expériences avec les hommes politiques soutenant le Nouvel Ordre mondial.

        "Ce qui signifie que votre programmation consiste à avoir des relations sexuelles avec les présidents; et j'ai entendu par hasard que divers hommes politiques étaient encouragés à utiliser leur escorte de la C.I.A. pour leur besoins sexuels, de telle sorte qu'ils ne se retrouvent pas dans une position vulnérable en dévoilant quelque secret de la Sûreté nationale à quiconque de l'extérieur et être victime d'un chantage."

        Comment caractériserait-elle ce qu'on appelle habituellement le Nouvel Ordre mondial?

       "C'est la tentative de mettre en place un gouvernement mondial permettant aux familles de l'élite d'obtenir ce qu'elles veulent. Leur croyance était que la planète était surpeuplée et que quelque chose devait être fait: une guerre psychologique et biologique. Ils considéraient le contrôle de l'esprit comme un outil, leur atout maître, une chose vraiment différente qui pourrait agir comme une arme invisible."

Aventures avec Henry K. et le "Conseil"

        Dans sa convalescence, Brice Taylor s'est également souvenue avoir été utilisée par Henry Kissinger comme messagère dont l'esprit était sous contrôle.

        "Si vous programmez quelqu'un pour qu'il ait une mémoire photographique parfaite et une totale capacité à se remémorer, vous devenez capable de gérer simultanément de nombreuses tâches et attributions différentes expliqua-t-elle. H. Kissinger a créé un fichier dans ma tête. J'étais envoyée à tous ces leaders pour recevoir leurs données traitant de leurs projets ou de ce qui constituait leur activité, et les classer. Lorsqu'ils avaient rencontré des gens , Kissinger ou Nelson Rockefeller me programmaient. C'est au milieu des années soixante."
        Mais qui animait le spectacle?

        "Je pense que c'était cet autre établissement que j'appelle "le Conseil" dans mon livre, expliqua Taylor. Je sais que c'est un groupe d'hommes qui se tient au-dessus de Kissinger et des Rockefeller. Ils ont été configurés génétiquement de façon à (elle hésita, cherchant les mots justes) posséder différentes capacités à diriger. C'est eux en fait, qui prennent les décisions."

        Se réfèrent-ils eux-mêmes en tant que "le Conseil" ?

        "Oui. Quand j'en parlai à d'autres membres du service de renseignements impliqués avec eux, ils me dirent qu'ils se dénommaient eux-mêmes "le Conseil". La C.I.A. inclut tous les opérateurs du contrôle de la pensée qui travaillent pour le gouvernement. Et puis il y a le Conseil qui s'intéresse également au projet du contrôle de l'esprit. Mais le Conseil n'est pas contrôlé par la C.I.A. Ils pouvaient prendre quelqu'un comme moi et étaient capables de me déprogrammer pour connaître ma programmation."


Beaucoup de mauvais souvenirs

        Et comment Brice Taylor se rendit-elle compte qu'elle souffrait de désordres multiples de la personnalité et qu'elle avait été programmée de multiples façon?

        "Cela commença en 1985, raconte-t-elle. J'ai eu un très grave accident de voiture, et ma tête est passée à travers le pare-brise. J'ai commencé à avoir des flashes de souvenirs, comme une brèche ouverte entre un état de personnalité et un autre. Je pense que ce qui s'est passé est que je commençais à avoir accès aux deux hémisphères de mon cerveau. Auparavant, avec toute cette programmation sophistiquée, j'étais coupée de la moitié de mon cerveau. Maintenant le passage neuronal s'est ouvert à cause de l'accident. Je connais d'autres femmes qui ont vu leurs souvenirs réapparaître."

 Ainsi, un choc au cerveau avait brisé la programmation?

        "Exactement. Ils ont programmé en moi une mémoire photographique parfaite. Quand ces souvenirs sont revenus, comme celui avec Kissinger, non seulement je pouvais entendre ses paroles et sa voix mais je pouvais sentir son cigare, et même ses pets. Je veux dire que je pouvais voir et entendre exactement comme je l'avais enregistré dans mon esprit."

http://www.conspirazzi.com/e-books/mind-control/taylor-thanks-memories.pdf