mardi 3 janvier 2012

Crime en bande organisée au TGI de Meaux (77).

TROYES, le 20 août 2011


Karine DELVALE
XXX axxxxx xxxxx xxxxxxxxxxx 
10000 TROYES 

Monsieur le Président
Conseil Supérieur de la Magistrature
20 avenue Ségur
75007 PARIS


Lettre ouverte recommandée avec AR 

Monsieur le Président,

Concernant une affaire de viols sur mineurs, je viens ici déposer deux plaintes :

La première à l’encontre de Monsieur , Président du T.GI de Meaux et de Madame Aude MOREL, juge des enfants.

Jean-Michel Malatrasiprésident du tribunal de grande instance de Meaux (77) ...



La deuxième, à l’encontre de Monsieur Christian GIRARD procureur de MEAUX (77) au titre de l’article 43 de l’ordonnance du 22 décembre 1958 portant Loi organique relative au statut de la magistrature qui dispose comme suit : " tout manquement par un magistrat aux devoirs de son état, à l’honneur, à la délicatesse ou à la dignité, constitue une faute disciplinaire " ; et précise que "toute violation grave et délibérée par un magistrat d’une règle de procédure constituant une garantie essentielle des droits des parties, constatée par une décision de justice devenue définitive " constitue un manquement au devoir de l’état du magistrat.

Monsieur le Premier Président , malgré les signalements de dysfonctionnements dans les décisions de la juge Aude MOREL, n’a pas jugé utile d’intervenir.

Jean-Michel Malatrasiprésident du tribunal de grande instance de Meaux (77)...

Pire puisque j’ai été radicalement sanctionnée dans la mesure où les seules visites médiatisées qui m’étaient attribuées dans le jugement du 10 décembre 2010, m’ont été refusées dans les faits.

Je n’ai plus aucun contact avec mon fils Sxxxx BEYER-DELVALÉ à quelque niveau que ce soit depuis décembre 2010.

Je suis par ailleurs convoquée devant le JAF du Parquet de Meaux , aux seules fins de me retirer définitivement mon autorité parentale.


Pour ce qui concerne ma plainte contre Christian GIRARD procureur de MEAUX (77) :

En effet, suite à la communication du dossier en date du 19 août 2011, je vous fais parvenir les pièces ci-jointes.

Vous relèverez que toutes ces pièces ont été authentifiées par
de la partie adverse.

Premier élément : classement sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée (Pièce N°1).

Deuxième élément : classement sans suite, absence d’infraction (Pièce N°3).

Troisième élément : courrier de Christian GIRARD procureur de MEAUX (77) adressé exclusivement à Philippe BEYER (Pièce N°2), père de mon fils Sxxxx, je cite : "Vous avez fait l’objet d’une enquête de police judiciaire, à la suite d’une affaire de Viol sur mineur.
Ces faits constituent un délit punissable d’emprisonnement et d’amende. Ils pourraient entraîner une condamnation pénale inscrite à votre casier judiciaire.
Toutefois, à titre exceptionnel, j’ai décidé de ne pas donner de suite pénale à la présente procédure, j’espère que vous tiendrez compte du présent avertissement.
Si vous commettiez une nouvelle infraction, je serais amené à reconsidérer ma décision et engager des poursuites ".
Vous relèverez que Christian GIRARD procureur de MEAUX (77) a pris l’initiative de mentir dans le seul but de protéger un prédateur avéré. 
D’autant, que Christian GIRARD précise : " Si vous commettiez une nouvelle infraction (viol sur mineur), je serais amené à reconsidérer ma décision et à engager de nouvelles poursuites ".
Les déclarations de Christian GIRARD procureur de MEAUX (77) pour les viols sur mineur, relevant de la Cour d’Assises, sont particulièrement irresponsables dans la mesure où il déclare un viol sur mon fils sans respecter devant la loi de protéger mon enfant.
Non content d’avoir requis le 10 décembre 2010, la garde exclusive de Philippe Beyer 
pour notre fils Solal ; Christian GIRARD s’était pourtant engagé à de nouvelles poursuites concernant Philippe BEYER (alors qu’il n’a jamais engagé de poursuites à l’égard de celui qu’il reconnaît coupable d’infraction de viol sur mineur) ; il a donné les ordres au Parquet pour affirmer une troisième audition réalisée sur ses ordres, alors que cette audition n’existe pas.

Devant les faits avérés de viols sur mineur par la personne de Philippe Beyer sur mon fils Sxxxx BEYER-DELVALE, je demande à votre haute autorité d’agir expressément vu l’urgence du danger qu’encourt mon enfant depuis le retour chez son père le 10 décembre 2010.

Je vous informe qu’en parallèle ledit violeur, Philippe Beyer reconnu par le T.G.I de Meaux requiert devant le JAF(2ème Chambre - cabinet 4 - salle C)le jeudi 01er septembre 2011 à 15h30 (pièce N°8), aux seules fins de me retirer mon autorité parentale.

Vu la gravité des faits, je sollicite votre autorité afin que mon fils soit mis rapidement en protection à mon domicile au titre de l’article 2 de l’ordonnance du 23 décembre 1958 relative à la protection de l’enfance et de l’adolescence en danger comme l’avait fait Guillaume MAGGI en date du 29 juillet 2010 suite aux nouvelles révélations de viols subis par mon fils (Pièce N°6).

Je vous demande de poursuivre Monsieur le Président , et Madame Aude MOREL, juge des enfants du T.G.I de Meaux, ainsi que Christian GIRARD procureur de MEAUX (77) pour avoir commis des fautes graves dans l’exercice de leur fonction :

Jean-Michel Malatrasiprésident du tribunal de grande instance deMeaux (77)...



Déclarations d’absence de viols sur mineurs malgré les faits avérés relevant de la Cour d’Assises.

Pour avoir donné la garde exclusive au violeur reconnu (pièce N° 7).

Pour avoir délibérément écarté des auditions du 27 juillet 2010 et 04 octobre (pièces n°4 et 5)

Pour avoir affirmer une troisième audition dans laquelle mon fils Sxxxx serait revenu sur ces déclarations, alors même que cette troisième audition n’existe pas.

S’agissant de viols répétés sur mineur, les faits sont particulièrement graves.

Des magistrats du T.G.I de Meaux se sont associés dans un crime organisé.

Les faits, puisqu’ils confortent le crime de viols sur mineur relèvent, si ce n’étaient des magistrats, de la Cour d’Assises. 

J’attends à ce que vous preniez les mesures efficaces afin d’écarter de tels magistrats, et que mon enfant soit enfin mis sous ma protection.

Toute décision allant dans le sens d’une protection vers le foyer de l’enfance n’est pas acceptable. En effet, lesdits services après avoir faits des signalements qui s’imposaient relatifs à des viols sur mineur, se sont finalement rangés à l’avis des magistrats criminels.

Je compte sur la rapidité de votre intervention. 

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à mon plus grand respect. 

Karine DELVALÉ




COMMENTAIRE :
Les individus, cités ici et impliqués dans cette affaire de viol sur mineur, occupent des fonctions importantes au sein des services de justice : Président de Tribunal de Grande Instance ( Meaux 77) , Procureur de la République ( Meaux 77).
"Le procureur Christian Girard a tout aussi chaleureusement accueilli le nouveau président qu'il a côtoyé dans le Var" (archives Le Parisien).
Et il est démontré, que pour avoir assuré une protection inconditionnelle d'un pédo criminel reconnu, ces individus doivent faire l'objet d'une enquête, que devra aboutir à une inculpation, des sanctions pénales, la radiation des services de l’État.
Les faits reprochés relèvent de la Cour d'Assise. 
Ces individus sont, à leur tour protégés par des magistrats de très haut niveau, ayant des fonctions syndicales importantes .
A ce titre, nous avons régulièrement interpellé Jean-Pierre Rosenczveig 
président du Tribunal pour enfant de Bobigny depuis plus de 20 ans, Président de la section française de la Défense internationale des enfants, mais aussi Président d'honneur de l'association ESPOIR et représentant syndical puissant au sein des services de justice.

Jean-Pierre Rosenczveig ne s'est jamais manifesté .


Marielle TRINQUET, avocat de Philippe BEYER , prétend avoir des convictions:
"Nombreux sont les cas d’espèces dans lesquels un parent sollicite judiciairement la suspension du droit de visite et d’hébergement de l’autre parent en prétendant vouloir ainsi rompre toute relation entre ce parent et l’enfant.

Ces stratégies d’exclusion d’un parent sont dévastatrices pour l’enfant qui est ainsi privé de l’un de ses parents si le Juge fait droit à cette demande de suspension

La Cour de cassation aux termes d’un arrêt de principe en date du mars 14 mars 2006 a ainsi du rappeler que ce droit de visite et d’hébergement ne peut être suspendu que pour des motifs graves tenant à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Les relations parents-enfants doivent ainsi être protégées au titre des droits fondamentaux.

18 décembre 2010".

Malheureusement, il en est tout autre, dans les faits.
Marielle TRINQUET s'attache à exiger la garde exclusive au bénéfice du pédo criminel reconnu, et, dans le même temps interdire tout contact avec l'enfant abusé, du côté du parent qui souhaite protéger son enfant. Cela évite, en effet, toute nouvelle révélation de la part de l'enfant torturé.


Crime en bande organisée au TGI de Meaux (77).
Christian Girard Procureur Pédophile ?