mardi 3 janvier 2012

Chérif Delay Victime contre acquitté d'Outreau



Le 08 décembre au TGI de Boulogne sur Mer, a eu lieu le procès de Chérif DELAY, l'aîné des enfants victimes de l'affaire d'Outreau qui comparaissait pour menaces de morts réitérées à l'encontre de Franck Lavier acquitté.
Étrangement, la presse n'en a rapporté que la partie répréhensible.
Le 08 décembre, journée attendue comme décisive où Chérif Delay passe devant le tribunal de Boulogne sur Mer. Il est défendu par Me Gilles Antonowicz .
Me Berton, avocat de la partie adverse ne plaide pas, les Lavier avaient aussi prévenu qu'ils seraient absents, chacun restant libre de croire le bienfondé de leur excuse.
Accompagné d'irréductibles fidèles, de son frère Dimitri, d'amis, d'inconnus venus le soutenir Chérif s'est présenté au Tribunal vêtu d'une chemise rose sous un pull marine, sobre et chic , jean « straight » et chaussures noires cirées, loin du cliché du sale gamin des cités.
Le temps lui a manqué pour quitter sa doudoune , la salle d'audience était bondée de plusieurs personnes attendant le jugement de leur propre affaire, Chérif a été appelé à la barre avant qu'il ne puisse s'asseoir.
Dans sa remarquable plaidoirie, Me Antonowicz a voulu rappeler quelques éléments qu'il est impossible de mettre en oubli si l'on veut comprendre ce qui a pu pousser Chérif à exprimer son insupportable douleur qui fut alimentée au cours des années par une succession d'injustices inacceptables, enfantant la colère.
En rappelant les menaces de mort proférées par Chérif, l'avocat a évoqué un acte manqué et a affirmé que le jeune homme avait besoin d'entendre certaines choses pour que le sentiment de révolte soit apaisé.

Mais comment ne pas être révolté?

* Révolté à cause des faits en eux-même: c'est un jour de Noël que Chérif a reçu en guise de cadeau une cassette vidéo pornographique qu'il fut contraint de visionner sous les coups de son bourreau puis qu'il fut violé pour la première fois, commencement d'un véritable calvaire enduré plusieurs années
* Révolté contre Lavier qui a dit lui-même avoir été témoin, qui dit lui-même avoir vu des enfants se faire violer chez les Delay mais n'avoir rien fait
* Révolté contre les instituteurs, les médecins, les magistrats, les Services de Protection des Enfants, qui ont mis 5 ans avant de réagir et suspendre le droit de visite aux parents maltraitants (4 ans pour les 3 autres frères)
* Révolté contre les médias qui ont formaté l'opinion publique: les vraies victimes, c'est à dire les enfants, ont été oubliées au détriment des acquittés.
* Révolté contre les propos de l'avocat général Yves Jannier qui étonné par le nombre de violeurs énoncés a osé demandé à l'enfant s'il n'avait pas été aussi violé par un martien?
* Révolté contre Philippe Houillon qui a pris parti contre les enfants victimes en évoquant des viols imaginaires
* Révolté contre le silence imposé, qui produit des germes de menaces de mort
* Révolté contre Dominique Wiel, le prêtre ouvrier qui a osé écrire une lettre à l'attention de Chérif et à Dimitri pour les accuser de mensonges.
* Révolté contre certains hommes politiques, dont André Vallini
* Révolté contre la République qui n' a pas protégé les enfants mais qui n'a pas hésité à recevoir les acquittés !
* Révolté aussi pour les indemnités faramineuses des acquittés (30 fois plus que les enfants victimes)
* Révolté enfin parce que ceux qui ont le plus souffert sont les enfants qui non seulement portent encore des blessures , 10 ans après, mais ont été traités de menteurs !
Me Antonowicz a bien fait de rappeler ces quelques détails que la presse a mis de côté pendant 10 ans.
L'occasion était belle d'attendre enfin de la presse un reflet des éléments évoqués, et de voir apparaître un visage de Chérif moins stéréotypé que dans les articles qui l'ont dépeint jusqu'ici.
Mais quelle déception !
Dans la presse notamment nord-calaisienne, on peut lire ci et là certains articles concernant ce procès, pour la plupart dénués de toute objectivité, présentant Chérif comme un délinquant récidiviste , alors que ces mêmes auteurs s'étaient montrés remplis d'empathie pour les acquittés lors de leurs propres démêlés avec la justice, chapitre intéressant que j'aborderai un autre jour.
Mon dégoût aurait pu me paralyser, mais ma colère et ma compassion pour ce public dont la confiance envers la presse est trahie une nouvelle fois par les rédactions immergées jusqu'à l'aveuglement dans la doxa d'Outreau me poussent vers mon clavier pour remettre quelques pendules à l'heure.

Y aurait-il 2 poids 2 mesures selon la nature de la victimisation?

Me Antonowicz devant le TGI de Boulogne sur MerLa partie adverse s'étant excusée, Chérif n'avait plus à craindre une confrontation avec Me Berton dont il gardait un cuisant souvenir* .
* Lire l'intervention scandaleuse des avocats de la défense lors du procès en appel de l'affaire d'Outreau à travers le livre de Chérif « Je suis debout »http://www.cherche-midi.com/theme/detail-Je_suis_debout-9782749121239.html ou le livre de Marie-Christine Gryson « Outreau la vérité abusée » http://www.hugoetcie.fr/Hugo-Doc/Catalogue/Outreau-La-verite-abusee

La lecture de certains PV d'audition datant de l'instruction de l'affaire d'Outreau avaient suscité bien des inquiétudes auprès de certains proches de Chérif: pourrait-il rester calme s'il ressentait le sarcasme que pouvaient parfois avoir Franck ou Sandrine Lavier?
 PV d'audition de mademoiselle Emilie A., 1er juillet 2002, Cote D 2199 :
« La petite A. qui devait avoir 3 ans à l'époque s'est réveillée et est venue à la porte de sa chambre en pleurant. Franck LAVIER s'est approché d'elle en me tournant le dos, il a abaissé son pantalon à environ 1 mètre de la petite et lui a dit " A. SUCE MOI LA B..."  J'ai dit à Sandrine qui était en train de rigoler, " Je m'en vais si c'est pour voir cela" et je suis partie. »
Fort heureusement, Chérif se retrouvait seul face à ses juges, assisté de Maître Antonowicz venu la veille de Grenoble.

Mais qu'est-ce qui avait pu conduire le jeune homme devant ce tribunal ?

Oui officiellement, Chérif avait commis des infractions à la loi considérées relativement graves puisqu'il pouvait être requis contre lui une peine de 5 ans de prison et 75 000 € d'amende:http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006417662&dateTexte=20091207
Remontons le temps, seulement quelques mois auparavant.
Revenu en France après avoir passé 3 ans au Sénégal (loin des yeux, loin de la douleur avaient pu penser certains) , séjour bénéfique qui avait emboité le pas à quelques déboires inhérents à sa civilité: Chérif s'était retrouvé SEUL à 18 ans dans le train qui le ramenait en France depuis la région belge de Tournai où il avait été placé dans un CER !
Il avait connu la rue, la révolte et la délinquance pour survivre.
NB: Je n'ai toujours pas compris pourquoi il avait été envoyé si longtemps au centre de Cerfontaine en Belgique et pourquoi deux de ses frères ont pris le même chemin ?!
En 2008, sa souffrance, il la traine depuis 12 ans, elle est une seconde peau dont il ne peut se débarrasser. Il voudrait la quitter, mais elle le tenaille la nuit par des terreurs nocturnes, le jour par une oppression vive, lui rappelant sans cesse son calvaire , et pire, lui rappelant le déni de cette douleur de la part de ceux qu'il a rencontré tout au long de sa vie.
Pour la France entière, une seule version avait été inculquée au grand public : des enfants en carence affective avaient menti pour attirer l'attention sur eux, soutenus par une femme mythomane - en l'occurrence sa mère - et avaient envoyé 18 innocents en prison.

Combien la réalité est éloignée de cette propagande !

A cette époque, pas un mot nulle part sur la reconnaissance officielle du statut de victimes de 12 enfants de cette affaire!
Chérif rêve de dire sa vérité à la face du monde, il espère qu'un jour il pourra expliquer ce qu'il a enduré.
Je suis deboutAlors qu'il fait sa vie à proximité de Dakar, une opportunité inouïe se présente: contre toute attente, Serge Garde journaliste investigateur, qu'il vient de rencontrer, dont la vision erronée de cette affaire a été quelque peu corrigée par la lecture de l'ouvrage de Marie-Christine Gryson « Outreau, la vérité abusée », va lui proposer de co-écrire un livre qui permettra à Chérif de dire « Sa Vérité » !
Enfin, Chérif va pouvoir s'exprimer et la France entière va comprendre ce qui s'est passé!
Enfin, Chérif pourra par sa parole réhabiliter les enfants victimes de cette abominable affaire d'Outreau.
Ils ne seront plus officiellement les menteurs , mais les victimes, d'autant plus que la justice les avait reconnus comme tels !
Enfin, son bâillonnement touchait à sa fin, l'omerta sur cet aspect de l'affaire allait exploser et toutes choses allaient reprendre leur place, lui assurant une totale délivrance de cette douleur insupportable.
Il n'avait pu venir oralement en aide aux plus jeunes enfants de cette affaire monstrueuse, il allait réparer par la parole écrite!
Ce ne fut qu'une illusion supplémentaire!
Le livre, bien qu'il soit excellent, ne reçut pas l'attention de la presse que Chérif attendait, et ne provoqua pas la révolution de pensée espérée par le jeune homme.
A Melle Nathalie BANY Procureure adjointe, qui a demandé à Chérif lors de l'audience du 8 décembre « . « Que voulez-vous que nous fassions monsieur ? Que l'on envoie un sondage à tous les Français pour connaître leur conviction ? » , je répondrais: « Non Mademoiselle La Procureure, si on fait un sondage parmi tous les citoyens français, on ne pourra pas constater d'objectivité relative à l'affaire d'Outreau, et encore moins relever une rectification du cliché imposépar les médias. Dans les pensées, les victimes sont et resteront les acquittés, au détriment des vraies victimes, les enfants. Quand on a connaissance de certaines pièces du dossier, c'est tout simplement insupportable. Comment Chérif pourrait-il alors le supporter? »
Ne pas être cru, ne pas être entendu va à l'encontre d'une volonté de vivre légitime!
Surpris par l'écoute de son nom, ce 8 décembre 2011, Chérif s'avançait à la barre, cherchant à se rassurer : cette fois-ci, ceux qui étaient avec lui étaient plus nombreux que ceux qui étaient contre lui.
Chérif, par le biais des messages privés du réseau social Facebook, avait en plusieurs reprises menacé de mort Franck Lavier, son épouse puis 5 autres acquittés de l'affaire d'Outreau, ainsi que Myriam Badaoui sa mère, à l'adresse même de la page Facebook de Franck Lavierhttp://www.facebook.com/lavierfranck?sk=wall
Rappelons que, bien qu'il n'ait jamais prononcé publiquement leurs noms, Chérif prétend dans son livre qu'il peut clairement identifier 5 violeurs en plus de Delay, Badaoui, Grenon et Delplanque.

Cette deuxième vérité aurait dû secouer la nation entière si les médias l'avaient rapportée avec autant de véhémence qu'ils ne l'ont fait pour propager la « 1ère » vérité actuellement admise par l'opinion publique.

La question lui avait été posée par les gendarmes de la région où il s'était installé début septembre: « Pourquoi avoir envoyé des menaces de mort à Lavier? » d'autant que Chérif avait reçu un rappel à la loi en juin lors de la rédaction des premières menaces.
Me Antonowicz a énoncé très calmement certains faits qui ont pu susciter le sentiment d'injustice exprimé par les menaces de mort de Chérif.

Mais pourquoi Lavier ?

Pourquoi pas un autre des 13 acquittés? Ou qui que ce soit d'autre ?
Lors d'une interview, Franck Lavier disait ne pas comprendre pourquoi Chérif dirige sa colère contre lui , puisque le jeune homme ne l'a jamais accusé – de l'avoir violé - (pas d'accusation similaires non plus contre Lavier à travers les missives dont le contenu n'a été dévoilé qu'en partie dans la presse) .
Plusieurs facteurs ont pu permettre l'allumage de la mèche... La poudre ayant été engrangée depuis si longtemps...
Certains souvenirs ne peuvent s'effacer tant qu'il n'y a pas une reconnaissance de leur ignominie.
Franck Lavier qui de toute évidence a du mal à poser des limites entre l'amusement et la décence , avait déclaré ne jamais avoir violé d'enfant (ce qui ne lui avait pas été reconnu lors du procès de Saint Omer où il écopa 6 ans de prison pour actes de pénétration sexuelle et atteintes sexuelles commis par « violence, contrainte, menace ou surprise » sur mineurs, ainsi que pour corruption de mineurs « en organisant, étant majeur, des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles les mineurs assistaient ou participaient » avant d'être acquitté en appel à Paris comme tout le monde sait. )
Il déclara dans son audition du 17 août 2001 (Cote D 538) : « Tout ce qui est possible d'imaginer a été fait. Du style, avec des petits jouets des enfants. Je l'ai vu [Thierry Delay] sodomiser les enfants avec un camion de pompiers, avec la grande échelle. Son enfant saignait du postérieur. »
L'avocat de Chérif reprendra cette ahurissante déclaration de Lavier, à savoir :Lavier a vu des enfants se faire violer, mais dit ne pas y avoir participer! Me Antonowicz présentera le document relatif à cette déclaration à la cour.
Depuis 15 ans, Chérif porte en lui le souvenir douloureux d'un voisin , adulte, chef de famille, témoin de son calvaire (et peut-être celui de 11 autres victimes) qui n'est jamais intervenu en sa faveur !
Si , sur les déclarations de Franck Lavier, la justice l'avait puni, il aurait pu se retrouver 5 ans en prison, et aurait pu être redevable de 75 000 € d'amende pour non assistance à personne en danger, relevant de l'article 223-6http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006417779&dateTexte=20111221lequel stipule clairement : « Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.
Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours. »
3 ans de prison + 45 000 d'amende pour non dénonciation de crime pouvaient aussi être demandés selon l'article 434-3:
« Le fait, pour quiconque ayant eu connaissance de privations, de mauvais traitements ou d'atteintes sexuelles infligés à un mineur de quinze ans ou à une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d'une maladie, d'une infirmité, d'une déficience physique ou psychique ou d'un état de grossesse, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende. »
Aujourd'hui il y a prescription de ces graves délits , mais cela efface-t-il la douleur et l'incompréhension de Chérif de ne pas avoir été secouru par Franck Lavier? (Du nombre des voisins n'ayant pas réagi alors qu'il est impossible que les hurlements des enfants martyrs n'aient été entendus sur le pallier, est Dominique Wiel, le prêtre ouvrier qui avait demandé l'acquittement des 4 inculpés!)
Étrange que la presse boulonnaise ait omis la plaidoirie de Me Antonowicz, à défaut d'avoir mené les investigations sérieuses qui s'imposaient, et la mise en oubli totale des déclarations de Franck Lavier par lesquelles il se dénonce lui-même de non assistance à personne en danger, ainsi que de non dénonciation de crime!
A ce souvenir douloureux, on peut aussi rajouter la provocation de Laurent Lavier venu perturber la séance de dédicace du livre de Chérif « Je suis Debout » à la Librairie locale « Chapitre »
Ce fait est passé quasiment inaperçu dans le plus gros journal local, qui à contrario a publié moult articles en faveur des acquittés!

Quelle sorte de réaction pouvait-on espérer à la suite de ces échauffourées laissées à l'initiative de Laurent Lavier?

N'était-ce pas suffisant de ne pas avoir secouru les enfants victimes ? Fallait-il en rajouter par cette abjecte provocation tue par la presse nord-calaisienne?
A cette provocation, les gros titres des journaux , dont les traces indélébiles s'affichent continuellement sur internet, laissent paraitre le visage de Franck Lavier pour des faits de maltraitance sur ses 2 enfants, puis pour des faits de corruption de mineur, qui n'ont pu qu'enflammer le jeune homme .

video-lavier.jpg?fx=r_550_550 

S'il ne pouvait clamer sa vérité, Chérif ne pouvait plus se taire !

Les éléments cités ci-dessus sont-ils ceux qui ont déclenché l'écriture des menaces de mort envers Lavier?
Un minuscule détail paraît avoir échappé au bon sens général: en tapant les mots Franck LAVIER sur un moteur de recherche internet, on trouve très facilement les pages facebook de l'ancien voisin de Chérif ainsi que la page de Sandrine LEGRAND-LAVIER!
Aucun paramètre de confidentialité n'est enclenché pour empêcher quelque opportun de venir, aucune porte d'accessibilité n'est fermée, laissant à la vue de tous les publications de leurs abonnés. Il en est d'ailleurs de même pour Chérif qui ne verrouille pas son compte facebook. Une des connaissances de Franck Lavier introduit parmi la liste d'amis facebook de Chérif d'une façon fallacieuse, s'était d'ailleurs fait un honneur de copier coller des commentaires concernant Lavier publiés sur le mur du jeune homme. Heureusement, rien de bien compromettant, démontrant simplement le ralliement des mal informés à la cause pro-acquittés.
J'ai aussi lu ce document rapportant le copié collé de la page concernée, j'ai explosé de rire en le voyant!
Est-ce à dire que les Lavier sont en faute d'avoir laissé l'accessibilité de leur univers Facebook à d'éventuels visiteurs?
Je ne le pense pas.
Mais lorsqu'on laisse sa voiture exposée sans précaution dans la rue, fenêtres, portières ouvertes et qu'elle devient l'objet d'un délit, l'assurance de la victime ne lui permet pas d'obtenir réparation!
Fallait-il alors laisser Chérif déverser sa rage par « mp » interposés ? Pas davantage !
Ce qu'a fait Chérif est répréhensible, il ne peut à aucun titre , braver la loi ou défier la justice, même s'il est convaincu aujourd'hui que cette institution l'a trompé.
Toutefois, un geste très rapide et très simple de la part de celui qui est censé être « l'adulte » de cette affaire, aurait pu stopper la multiplication des missives : bloquer l'accès à Chérif de sa propre page .
En laissant Chérif aller et venir librement sur son mur Facebook, Franck Lavier démontre la motivation profonde des plaintes qu'il a déposées contre le jeune homme.
Pour ma part, puisque la confidentialité n'est pas de mise sur les murs de la famille Lavier (hormis Aurore) , j'ai pris le temps nécessaire pour m'y balader, trouvant ci et là des abonnements des plus incongrus dans la situation judiciaire dans laquelle se trouve Sandrine Lavier. J'ai fais ce qu'on appelle une capture d'écran des plus intéressantes. On peut lire par exemple, que Sandrine « aime » bon nombre de pages obscènes que je peux afficher si nécessaire .
J'ai même trouvé un commentaire de Franck Lavier, sur son propre mur Facebook, qui promet à Lydia Mourmand de tuer de ses propres mains Myriam Badaoui s'il la trouve dans la rue! (Sic!)
« Faites ce que je dis, ne dites pas ce que je fais » pourrait être la maxime que j'attribuerais volontiers aux Lavier dans le jeu du portrait chinois...
Laissons les Lavier de côté pour revenir à Chérif, seul qui suscite en moi un réel intérêt dans cette affaire.
Peu loquace en début d'audience, Chérif a toutefois pu exprimer devant un Tribunal certaines choses qu'il était venues dire.
Il a dit ne pas regretter l'envoi des missives, et a même rajouté que cela lui avait fait du bien.
Le Président du Tribunal a essayé de lui rappeler qu'il valait mieux éviter de reparler du dossier d'Outreau, ce qui n'était pas concrètement réalisable, car la rage de Chérif prenait ses racines non seulement au cœur de la Tour du Renard, mais aussi, pour ne pas dire surtout, dans la salle du Tribunal de la cour d'appel de Paris qui a prononcé l'acquittement de plusieurs inculpés, dont Franck Lavier!
Chérif a proclamé qu'il était venu pour permettre que les gens ouvrent les yeux sur ce qui c'était passé à Outreau, et a même rajouté qu'il y avait des pédophiles qui dormaient tranquillement chez eux parce qu'ils n'avaient pas été punis!

Le message que Chérif voulait par dessus tout faire passer au grand public, c'est que dans cette affaire d'Outreau, il y avait eu 12 enfants qui avaient été reconnus victimes officiellement par la justice!

Non, Franck Lavier n'est pas le seul responsable de la douleur de Chérif. La colère qui le tenaille, et dont les raisons ont été exposées en partie dans la plaidoirie de Me Antonowicz est fondée sur des injustices bien réelles qu'il endure depuis trop longtemps, comme tous les autres enfants victimes de cette affaire d'Outreau.

  • Injustice d'avoir été violé de façon incestueuse par une mère qui aurait dû le protéger. Injustice d'avoir été humilié, méprisé et d'avoir porté l'opprobre de cette mère quant à sa mythomanie « légendaire » et les répercussions de ses interventions telles qu'elles ont été rapportées par les médias. Injustice d'avoir été maltraité de façon barbare, d'avoir hurlé , de s'être débattu avec courage mais de ne pas avoir été secouru par des voisins qui aujourd'hui sont vus comme les victimes de cette affaire. Injustice d'avoir été vendu , d'avoir été un objet de proxénétisme avéré, sans qu'il n'y ait eu de condamnation des clients. Injustice de pouvoir identifier 9 violeurs, mais de ne pas pouvoir les nommer publiquement hormis les 4 condamnés.
  • Injustice de n'avoir pu grandir au sein d'une famille « normale », et injustice d'être condamné à vivre comme un vagabond errant de famille d'accueil en famille d'accueil auxquelles il est demandé de garder une distance affective avec les enfants placés. Comment un enfant martyrisé, détruit, peut-il alors se reconstruire, aller de l'avant, s'il est privé d'un besoin fondamental: aimer et être aimé?
  • Injustice quant à son placement en centre disciplinaire CER, pour une durée qui n'est même pas préconisée en cas de délinquance avérée.
  • Injustice quant à la configuration du Tribunal: les enfants victimes ont été placés dans le box des accusés, les inculpés avaient toute la liberté de s'exprimer au milieu des journalistes présents aux audiences, alors que les enfants n'avaient pas cette possibilité de « contact » avec la presse, ce qui leur a été foncièrement préjudiciable.
  • Injustice des médias qui ont mis l'accent sur les inculpés acquittés, en oubliant complètement les vraies victimes, les enfants violés, torturés, sauvagement frappés, attachés, et menacés!
  • Injustice quant aux faibles moyens déployés pour défendre les enfants victimes (qui n'ont été assistés que de 2 avocats pour 17 enfants alors que les inculpés étaient défendus par 19 avocats) . Injustice aussi d'avoir subi la méthode des avocats de la défense, qui ont molesté de façon inhumaine psychologiquement les enfants sans que personne ne réagisse! Injustice quant à la façon dont les enfants victimes ont été traités avant d'être auditionnés (certains d'entre eux ont attendu jusqu'à sept heures d'affilée, confinés dans une pièce fermée, devant se contenter d'un sandwich infâme pour seul repas, pour finalement s'entendre dire qu'ils devaient revenir le lendemain!)
  • Injustice de la part de Philippe Houillon, qui explique dans un ouvrage , avec un arrière fond de poésie, qu'il a tout compris de ce dossier en 5 minutes de temps, après qu'il l'ait posé sur sa table de cuisine ! Philippe Houillon n'a pas été repris après qu'il ait qualifié d'imaginaires les viols que les enfants ont subis,alors qu'ils furent reconnus officiellement par la justice!
  • Injustice de la part du Procureur Yves Bot qui la veille du délibéré du jury , avant même que les jurés puissent se concerter et rendre leurs conclusions, a présenté ses excuses aux prévenus et déclaré qu'ils étaient acquittés !
  • Injustice de la part de certains hommes politiques, qui n'ont brillé ni par leur souci de vérité ni par leur objectivité, préférant exploiter cette affaire à des fins carriéristes... Comment en particulier peut-on expliquer autrement l'implication et les prises de position d'André Vallini ?
  • Injustice de la part des représentants de la République qui n' ont pas hésité à recevoir les acquittés et à leur présenter publiquement leurs excuses alors qu'ils n'ont pas su protéger les enfants. A ce jour, Chérif attend toujours que Nicolas Sarkozy tienne la promesse qu'il lui a faite en mars 2011, à travers Guillaume Lambert, chef de cabinet, dont la lettre a été rapportée par La Semaine dans le Boulonnais:http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/la_une/2011/03/17/article_outreau_sarkozy_pret_a_recevoir_cherif_delay.shtml
  • Injustice vis à vis des indemnités faramineuses que les acquittés ont reçues (20 à 30 fois plus que ce qu'ont reçu les enfants victimes)
  • Injustice quant à l'attente générale vis à vis des enfants victimes à qui l'on demande d'entamer un chemin de résilience que les adultes de cette histoire n'ont pas encore parcouru alors qu'ils sont plus à même, étant adultes, de le faire !
C'est une chose de considérer tous ces motifs qui s'accumulent, c'en est une autre de réaliser à quel point chacun de ces éléments , dont nombreux on été repris dans la plaidoirie de Me Antonowicz, reste une plaie ouverte dont la douleur se ravive sans cesse, étouffée par le silence imposé et le déni que vient encore renforcer la campagne scandaleuse menée par Dominique Wiel, le reportage de Karine Duchochois diffusé sur M6, vu par Frédéric Valandré:http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/230511/zone-interdite-special-outreau-lintox-du-dimanche-soir et le film d'Alain Marécaux « Présumé coupable » alors que personne n'a relevé sa déclaration stupéfiante:http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/060611/lhuissier-doutreau-presume-coupable-complement-dinformation-sur-le-cas-m «  "Je suis coupable mais à cette époque je ne savais plus où j'en étais"

Qui parmi nous peut prétendre avoir la capacité de surmonter toutes ces injustices sans jamais défaillir ?

Comment ne pas comprendre que des menaces de mort puissent naitre dans ce creuset ?
Chérif a refusé de présenter ses excuses à Franck Lavier, rappelant que celui des 2 qui en devait à l'autre était Lavier.
Chérif a écopé de 6 mois de prison avec sursis, une obligation de soins, une obligation de travail, une interdiction d'approcher Lavier ou de se mettre en contact avec lui, et le versement d'1 € symbolique .
La sanction paraît bien lourde, mais la Procureure Adjointe , Mademoiselle Bany, avait averti Chérif: il serait traité comme un citoyen comme tout le monde...
Espérons qu'il en sera de même pour les Lavier qui comparaîtront devant ce même tribunal le 26 janvier, ce qui pourrait être un baume de guérison supplémentaire pour Chérif: avoir la possibilité de croire à nouveau en la justice.Souhaitons lui en tout cas le meilleur , qui ne peut être que devant lui.
Source :
https://blogs.mediapart.fr/blog/caprouille/261211/cherif-delay-le-08-decembre-2011-devant-le-tgi-pour-menaces-de-mort-cont

Chérif Delay : «Cette affaire est loin d'être finie»
Publié le 11.05.2011
Casquette sur la tête et tongs aux pieds, Chérif Delay a le sourire. Enfin. Cet enfant brisé, martyrisé par sa mère Myriam Badaoui et son beau-père Thierry Delay, n'est pas débarrassé de ses tourments mais apprécie sa « nouvelle naissance ». A 21 ans, il a trouvé son équilibre entre l'Afrique et la France.
Dans un livre à paraître demain*, l'aîné des douze enfants reconnus victimes de viols ou d'agressions sexuelles dans l'affaire d'Outreau — et indemnisés à ce titre à hauteur de 30000 € chacun — livre un témoignage aussi violent que polémique : à rebours du verdict, le jeune homme continue d'affirmer avoir été violé par neuf adultes. La justice en a condamné quatre — Thierry Delay, Myriam Badaoui et leurs voisins, les Delplanque.
Coauteur de l'ouvrage, le journaliste Serge Garde, approché par l'association militante Innocence en danger, souhaitait, en rencontrant Chérif Delay, «rendre visible l'autre vérité judiciaire, celle des enfants victimes». Ce livre a déjà fait bondir plusieurs des treize acquittés et leurs avocats.
Chérif n'en a cure. Il confie même avoir bientôt rendez-vous avec le juge Burgaud, aujourd'hui en poste au bureau d'exécution des peines à Paris. «Je l'estime, il a eu du courage», dit-il du magistrat le plus détesté du pays.


Pourquoi avoir rédigé ce livre ?

CHÉRIF DELAY. Je l'ai d'abord écrit pour moi. Je veux donner ma version de l'histoire, celle qu'on m'a empêché de dire, et reprendre ma dignité. Mais je l'ai fait aussi pour toutes les victimes qui n'ont pas le courage de parler afin de leur dire qu'il n'est jamais trop tard. Ce livre est celui d'une ex-victime.

Comprenez-vous l'hostilité suscitée par votre démarche ?
Honnêtement, c'est très difficile. Il ne s'agit pas de remettre en cause ce qui a été jugé mais simplement de donner ma vérité. Je respecte la justice en ne donnant aucun nom parce que je n'ai pas le choix. J'aimerais bien me retrouver face à ces personnes pour qu'on s'explique. Je ne suis pas un mythomane : j'ai des cicatrices, mais le fait d'avoir subi des abus ne fait pas de moi un fou.

Une autre enfant victime, qui est revenue sur ses accusations, prétend que vous mentez…
Ça me choque qu'elle dise qu'il ne s'est jamais rien passé.
Elle ne veut sans doute plus entendre parler de cette histoire, j'espère qu'un jour elle comprendra.

La garde à vue des époux Lavier a remis l'affaire d'Outreau au cœur de l'actualité…
Je ne suis pas surpris qu'on en reparle. Cette affaire est loin d'être finie. On l'a évacuée comme un boomerang, il ne faut pas s'étonner qu'elle revienne. Moi, avec ce livre, je veux tourner la page et dire : adieu Outreau.

Comment vous sentez-vous aujourd'hui ?
Je découvre enfin le bonheur. C'est un sentiment que je connais à peine, mais je veux bien être ami avec lui. Désormais, j'aime ma vie, je rigole, je respire, mais j'ai encore des remords.

Lesquels? 
Je n'ai rien à me reprocher en tant que victime, mais j'ai honte de ne pas avoir joué mon rôle de grand frère. J'avais la responsabilité de protéger mes frères, je ne l'ai pas fait. En parlant plus tôt, j'aurais pu tout stopper au stade des maltraitances physiques. Je dois vivre avec ça, mais j'espère arriver un jour à me pardonner.

Vous avez récemment retrouvé votre père naturel…
Oui, grâce à Facebook. Il habite avec le reste de ma famille à Oran (Algérie). Dans mon répertoire de portable, j'ai marqué le mot papa. C'est la première fois que ça m'arrive. C'est un truc de fou. Quant à ma mère, je l'ai tuée dans ma tête.

Le Parisien
Source : http://www.leparisien.fr/une/cherif-delay-cette-affaire-est-loin-d-etre-finie-11-05-2011-1444454.php



Chérif Delay
Publié 9 Décembre 2012 par Francis Hus.
Vous savez peut-être que parmi toutes les personnes qu'il a accusées, Chérif Delay était parvenu à en identifier 9. Parmi ces 9 personnes, 4 ont été condamnées et 5 ont été acquittées. Chérif n'a pas le droit de le citer sous peine de condamnation judiciaire. Ce que nous pouvons dire par contre c'est que Chérif a envoyé des menaces de mort à 6 acquittés d'Outreau. Tout d'abord Frank Lavier, car il était venu semer la zizanie à une séance de dédicace de Chérif à Boulogne-sur-Mer. Chérif a aussi menacé de mort 5 autres acquittés:

- Pierre Martel
Pierre Martel, le taxi
Pierre Martel travaillait comme artisan taxi à Outreau, où il vivait confortablement avec sa femme, professeur. Au début de chaque mois, au moment des allocations familiales, il allait chercher les Badaoui, qui prenaient le taxi pour aller faire leurs courses. Pierre Martel a passé 30 mois et 12 jours en détention. Après l’affaire, il a revendu sa licence de taxi et pris sa retraite. Lui et sa femme ont quitté Outreau pour une autre commune de l'agglomération boulonnaise. Aujourd'hui, il ne souhaite plus revenir sur cette affaire.

- Roselyne Godart
Roselyne Godard, "la boulangère" 
Commerçante ambulante, elle venait tous les jours dans sa camionnette pour vendre baguettes, bonbons et boissons à la Tour du Renard. Elle prenait souvent le café avec Myriam Badaoui. Elle fait 16 mois de détention provisoire avant d’être innocentée en 2004. Divorcée de son mari Christian, décédé en 2009, Roselyne Godard vit aujourd’hui des minima sociaux. 

- Daniel Legrand fils
Daniel Legrand père
Les Legrand n’avaient jamais habité le quartier de la Tour du Renard. C’est par une erreur de nom qu’ils se sont retrouvés impliqués dans l’instruction du juge Burgaud. Le 14 novembre 2001, Daniel Legrand est arrêté par la police. Tout de suite, on lui demande où se trouve son fils Daniel, soupçonné de viols sur mineurs. Le père, ouvrier métallurgiste sans histoire, est soupçonné d'être patron d'un sex-shop en Belgique Il fait 30 mois de détention provisoire. A la retraite aujourd’hui, il « s'en remet un peu », mais « n'oublie pas », selon le quotidien La Voix du Nord.

- Thierry Dausque
Thierry Dausque, peintre en bâtiment
Thierry Dausque fréquentait, à l'époque des faits, une voisine de Thierry Delay et de Myriam Badaoui. Il a été condamné pour "agressions sexuelles aggravées" et "corruption de mineurs » en 2004. Comme les 5 autres accusés du procès en appel, il a toujours clamé son innocence. Alcoolique, introverti, il a été décrit par son avocate, lors du premier procès, comme "le parfait candidat à l'erreur judiciaire". Il a fait 3 ans et 2 mois de détention avant d’être acquitté en 2005.

- Dominique Wiel
Dominique Wiel, le prêtre-ouvrier
Né à Dunkerque dans une famille nombreuse, Dominique Wiel est ordonné prêtre en 1967. Il officie en tant que vicaire dans une paroisse d’Outreau puis devient prêtre-ouvrier, docker au port de Boulogne-sur-Mer, puis manœuvre sur les chantiers de construction HLM. Il quitte ensuite l’aumônerie pour vivre à la Tour du Renard. Il est condamné à 7 de prison pour viol de 3 enfants du quartier de la Tour du Renard et agression sexuelle sur 2 enfants Delay. Il est acquitté en décembre 2005. Depuis, il partage son temps entre Outreau et Calais, où il vient en aide aux migrants de Sangatte avec les bénévoles du Secours Catholique.

Faut-il conclure que ces 5 acquittés menacés de mort sont les 5 acquittés que Chérif Delay accuse? A chacun d'en juger.
Source : http://antiogre.overblog.com/cherif-delay

AVoir :
Réseau Outreau.
Chérif Delay le 08 Décembre 2011 devant le TGI pour menaces de mort contre Franck Lavier.
Jacques Thomet lance un appel aux 27 victimes de viols devenus majeurs pour faire surgir leur vérité.
Outreau : nouveaux éléments à charge contre les Lavier.
Outreau et ses conséquences tragiques: déni récompensé des coupables, réquisitoire ridicule !
A nos pédophile de France (Jan Boeykens).