lundi 10 décembre 2012

Les snuff movies de la place Fontainas.


Les snuff movies de la place Fontainas
En octobre 1996, l’affaire Dutroux a déjà explosé, et a occulté une autre belle affaire de réseau pédoporno. Des flics des mœurs bruxellois identifient trois ados de 13, 14 et 15 ans qui tapinent à côté de la place Fontainas, autre lieu de prostitution homosexuelle et de mineurs en plein cœur de la capitale belge. Les trois ados sont d’origine serbo croate, et deux d’entre eux ont déjà été pris en photo par le gendarme proxénète Hedwig Huybrechts exactement un an plus tôt. Si ledit gendarme n’apparaît plus dans cette affaire, il ne faut pas oublier qu’il a été libéré de prison en juillet 1996, avant même d’être jugé.
Les enfants ont donc dénoncé certains de leurs clients, dont l’un habitait place Fontainas, et a été rapidement identifié comme était Alain Maigre, 34 ans. L’individu avait été condamné pour exhibitionnisme, et il était depuis peu sous le coup d’une instruction à Tournai, pour y avoir recruté des enfantset les avoir filmés dans des poses pornographiques. Maigre était en lien avec le gérant d’un vidéo club à Bruxelles, et a facilement pu organiser la vente de ses productions Là aussi, il
fontainas
s’agissait d’enfants de familles défavorisées, et les accusés ont dit qu’ils se prostituaient volontairement. Mais bien sûr : les enfants n’aspirent qu’à cela, a-t-on envie de dire.
Bref, revenons à la place Fontainas[5]. Un deuxième client, Frédéric Cappelaere, 29 ans, est arrêté à son tour. Lors des perquisitions effectuées aux domiciles des deux pédos, des taudis pleins de cafards, les flics ont mis la main sur 600 cassettes vidéo et des centaines de revues, dont certaines étaient pédophiles, et leur fichier clients.
Puis deux autres clients, justement, sont attrapés, et chez l’un d’eux, Michel Schlimm (déjà condamné à 3 ans de prison en 1993 pour faits de mœurs) on a retrouvé des snuff movies, ces vidéos de mises à mort d’enfants, en l’occurrence de 7 à 17 ans environ. C’était officiellement la première fois qu’on trouvait ce genre de film amateur en Belgique. D’après un enquêteur qui parle sous couvert d’anonymat, il s’agissait de « cassettes vidéo pédophiles montrant des scènes de torture pratiquées sur des enfants ainsi que des mises à mort de ces petites victimes, préalablement violées. C'est la première fois, semble-t-il, que pareille abomination est découverte dans notre pays ». Mais ce pédo n’a été inculpé que pour détention de pornographie enfantine et attentat à la pudeur sur enfants de moins de 16 ans.
Lors du procès, on a considéré que, comme on ne pouvait pas prouver que ces films n’étaient pas des mises en scène, on a laissé les films de côté. Pas d’investigations sur ces enfants, sur les adultes qu’on y voit, rien.
Schlimm fréquentait un vidéo club porno, Erot-X, pas loin de la place Fontainas, pour trouver des vidéos pornos. Erto-X était alors géré par Alain Maigre, et deux autres clients impliqués dans l’affaire y allaient également. De là, Maigre et les trois clients nouent des relations, et Maigre prête son appartement aux trois autres, pour y amener des mineurs dont ils abusent, et qu’ils filment. Parmi ces mineurs, certains jeunes d’ex Yougoslavie qui étaient dans le réseau de Huybrechts.
Deux autres gamins ont été amenés là par Cappelaere et un autre client. Des ados en décrochage familial, qu’ils avaient accostés à la gare de Tournai. Pour les forcer à les suivre, ils les ont emmenés dans un entrepôt désaffecté pour abuser d’eux et les filmer. Mais, les deux pédos ont été acquittés pour ces faits, le tribunal considérant que les jeunes étaient consentants.
Cappelaere et l’autre client, qui ont été acquittés pour les faits de Tournai, prennent un an et demi de prison ferme (en Belgique on peut être libéré à un tiers de sa peine), Maigre a pris deux ans et demi. Un peine légèrement plus forte car il a vendu des vidéos de viols de mineurs. Chacune étant revendue entre 6 et 7.000 FB.
Les cassettes de Schlimm ont davantage choqué l’auditoire, car il s’agissait souvent de scènes de tortures et de violences contre des mineurs parfois très jeunes. Schlimm a donc été condamné à … 6 ans fermes. Et tout le monde a eu un sursis probatoire avec l’obligation de se faire soigner !
Les peines étaient tellement dérisoires que l’avocat général a fait appel du jugement.

[5] On notera que le cardinal Danneels, dont on a parlé dans le cadre de la cassette vidéo du meurtre des petites Julie et Mélissa, a justement perdu sa bague d’évêque dont il ne se sépare jamais, volée par un jeune gitan de la place Fontainas, justement.