jeudi 19 décembre 2013

Un Israélien, recherché dans son pays pour pédophilie, se réfugie à Marrakech.


Si la presse en parlait encore avec incertitude, il y a quelques mois, aujourd’hui, c’est plus que sûr. Le rabbin Berland, recherché en Israël pour pédophilie, s’est réfugié au Maroc. Il y vit en toute tranquillité à Marrakech, où une dizaine de ses fidèles viennent de s’installer à ses côtés. Détails.

La barbe toute blanche, la silhouette fine, de profondes rides sur le visage, Rabbi Elliezer Berland, peut librement se livrer à tout type d’activités à Marrakech où il séjourne depuis des mois. Pourtant, cet homme est poursuivi en Israël pour viol de plusieurs filles mineures.

Leader de la Yeshiva Shuvu Banim (un mouvement judaïste hassidiste), il aurait profité des entretiens « spirituels » avec ses fidèles pour abuser sexuellement de petites filles. Même les femmes majeures, parfois mariées, auraient été la cible de ses exactions. La presse israélienne a récemment rapporté le témoignage de l’une des victimes. Réputé pour sa fervente pratique religieuse, c’est la multiplication des plaintes qui a éveillé la curiosité de la police pour le leader du mouvement hassidiste. Mais dès que le Rabbin s’est senti coincé, il a quitté le pays. Le Maroc n’a donc été qu’une destination échappatoire.

Ses fidèles l’ont rejoint à Marrakech.

Et cela s’est fait, sans que les autorités marocaines ne lèvent le petit doigt, du moins, officiellement. Comble de l’ironie, une dizaine de ses fidèles l’ont rejoint, la semaine dernière, emmenant avec eux leurs familles, rapporte le site NRG.

À Marrakech, ils ont l’intention de vivre en communauté, autour de leur leader, comme ils le faisaient dans le quartier musulman de Jérusalem, avant la fuite du rabbin. L’un des fidèles de Rabbi Berland actuellement au royaume chérifien s’est confié aux médias israéliens, affirmant qu’ « au début, certains responsables israéliens ont tenté de monter les membres de la communauté contre le rabbin, mais tout est très vite revenu dans l’ordre ».

« Nous avons tout ce dont nous avons besoin ici »

Ils sont donc là, dans le calme et la tranquillité. Leurs enfants seront scolarisés au sein du mouvement et les cours leur seront donnés par l’une des fidèles, qui détient un statut d’enseignante en Israël. Au programme, principalement, des leçons sur la Torah et le hadissisme. « Tout ce qui manque ici, c’est la “bomba” [casse-croûte d’arachide] et le cola car nous avons tout ce dont nous avons besoin », a indiqué l’un des membres du mouvement. Ces familles résideraient actuellement près d’une synagogue de la ville ocre.

Reste à savoir maintenant ce que vont faire les autorités marocaines contre ce rabbin poursuivi dans son propre pays pour abus sexuels sur mineures. Cela sera sûrement une affaire délicate à gérer car il n’y a officiellement aucune coopération possible entre le Maroc et l’État hébreu.
Source : yabiladi.com



Fondateur de la Yeshiva Shuvu Banim, à Jérusalem, il est pourtant à la tête d’une institution religieuse qui se veut rigoriste. Dans le sens qu’elle enseigne des preceptes religieux orthodoxes de Sidi Rabbi.

AVoir :