samedi 10 août 2013

Le «comportement aguicheur de la victime» vaut du sursis à un Britannique.

(07.08.2013) SNARESBROOK CROWN COURT, LONDRES (ROYAUME-UNI). 

Un pédophile d'origine britannique a été condamné à huit mois de prison avec sursis, après avoir pratiqué un «acte sexuel» avec une mineure de 13 ans. SNARESBROOK CROWN COURT, LONDRES (ROYAUME-UNI). Un pédophile d'origine britannique a été condamné à huit mois de prison avec sursis, après avoir pratiqué un «acte sexuel» avec une mineure de 13 ans. | Google
Zoom
23 réactionsRéagirAgrandir le texte  Diminuer le texte  Imprimer l'article  Tout leParisien.fr sur votre mobile Le jugement rendu a fait l'effet d'une bombe. Une affaire de pédophilie examinée lundi par un tribunal de Londres (Royaume-Uni) a vu le prévenu, Neil Wilson, âgé de 41 ans, s'en sortir avec huit mois de prison avec sursis. Alors que les éléments du dossier révèlent que des images et des vidéos de pédopornographie ont été retrouvées à son domicile, l'homme a reconnu avoir eu un acte sexuel avec une mineure de 13 ans.


Dans ses réquisitions, Robert Colover, l'avocat général, avait ouvert la voie à un verdict assez clément. «La victime a adopté un comportement de prédation sexuelle et était expérimentée, a-t-il affirmé. Son apparence extérieure et sa conduite suggéraient qu'elle était un peu plus âgée. M. Wilson n'a pas engagé l'acte sexuel, on pourrait dire qu'on lui a forcé la main». Au moment des faits, le jeune fille se serait rendue de son propre chef au domicile du prévenu. Là, Neil Wilson aurait regardé l'adolescente retirer sa tenue de collégienne, puis l'«acte sexuel» aurait été pratiqué avec la jeune fille. Celle-ci a ensuite confié cet abus à une amie qui a alerté la police.

«Elle se comportait comme une jeune fille plus âgée»

Au tribunal, l'argument de l'avocat général a été repris par le juge, Nigel Peters, dans des termes encore plus surprenants : «Mon verdict prend en compte que, bien que la victime n'avait que 13 ans, elle se comportait comme une jeune fille plus âgée, comme l'explique l'accusation». Avant d'ajouter : «Vous saviez qu'elle n'avait pas encore 16 ans mais vous l'avez laissée entrer chez vous. Cela mériterait l'incarcération, rien n'excuse le fait d'abuser un enfant. Mais au vu du comportement aguicheur de la victime, je suis prêt à vous donner du sursis». Un suivi psychologique de Neil Wilson et l'inspection de son ordinateur ont été demandés.

L'avocat général dessaisi de toute affaire similaire

A l'annonce du jugement, l'indignation publique a été telle -notamment par la mobilisation massive des associations féministes et de défense des enfants d'abus sexuels- que le conseiller juridique en chef du gouvernement en Angleterre et au Pays de Galles (équivalent d'un procureur de la République en France, ndlr) va réexaminer le dossier et envisage de saisir la Cour d'appel.

En attendant, la pétition en ligne, qui a déjà recueilli quelque 40 000 signatures afin qu'une enquête soit ouverte à l'encontre de Robert Colover, l'avocat général, a porté ses fruits : il est dessaisi depuis ce mercredi de toute affaire similaire, jusqu'à nouvel ordre.

Le parquet, qui s'est désolidarisé de l'avocat et du juge, a pour sa part estimé que «le vocabulaire de l'accusation était inapproprié». Une position suivie par David Cameron, le Premier ministre britannique : «C'est exactement cela, ce n'est pas approprié. Nous avons besoin d'une justice qui défende les victimes», ajoutant qu'il saluait «la décision du procureur» qui va «personnellement» réexaminer le dossier.
Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/pedophilie-le-comportement-aguicheur-de-la-victime-vaut-du-sursis-a-un-britannique-07-08-2013-3036663.php

AVoir :
Mariages jeunes filles de 12 ans, fondés sur la charia.
Le Kincora Boys Home : un réseau pédophile dans un orphelinat anglais, piloté par le MI5.
Disparition de Ben Fellows, ex victime de réseau pédocriminel anglais.