lundi 10 mars 2014

Monde : Une adolescente virtuelle chasse les pédophiles sur le web...

Negobot! Menfin!

Nom de code : Negobot.
Etat : Intelligence artificielle.
Mission : se faire passer pour un humain afin de tchater sur internet avec des prédateurs sexuels.


Negobot est un bot informatique programmé pour engager la conversation avec des internautes dans le but d’identifier et collecter des données sur de potentiels pédophiles sur internet.

Negobot a été mis au point par une équipe de chercheurs de l’Université de Deusto à Saint Sébastien, dans le Pays basque espagnol. L’Ertzaintza, la police basque espagnole, a déjà montré de l’intérêt pour tester le robot dès que possible.

Cet algorithme est capable de se faire passer pour une adolescente en employant un vocabulaire et des expressions de « djeunes », en faisant des fautes d’orthographe ou en plaçant des abréviations telles que le font les jeunes de cet âge.

Cet agent conversationnel féminin est sophistiqué au point de convaincre les prédateurs sexuels qu’il est bien réel. Habituellement, les chatterbots sont assez prévisibles et facilement décelables par un humain. La nouveauté dans l’approche des espagnols de la DeustoTech est de s’être inspirés des bots des jeux vidéos. Le Negobot est donc capable de faire évoluer son comportement au cours d’une même conversation et de paraitre plus réaliste aux yeux d’un humain.

Ainsi, Negobot arriverait à maintenir une conversation suffisamment longue, afin de déterminer si l’internaute a des tendances pédophiles ou non. Une fois sollicité, Negobot entame une conversation en suivant une des sept stratégies (niveaux de conversations) prédéfinies pour retenir l’attention et tenter de piéger le pédophile présumé. Tout au long de sa conversation Negobot essayer de collecter un maximum d’informations sur la personne afin de constituer une fiche de renseignements qui pourrait être envoyée aux autorités.
Chaque niveau induit un comportement différent du robot. Etant donné que les pédophiles les plus expérimentés peuvent dissimuler leurs intentions pendant plusieurs jours, Negobot peut également maintenir un même niveau de conversation indéfiniment. Si le suspect ne montre vraiment aucun intérêt, Negobot peut passer au niveau supérieur afin de le titiller un peu plus et attirer son attention. Si au contraire, le bot détecte un certain intérêt de la part du pédophile, il passe en mode +3 pour tenter d’obtenir des informations plus personnelles sur le suspect.
La lolita virtuelle a été testée dans un tchat fermé de Google et a fait ses preuves, bien qu’elle ne soit pas encore tout à fait au point, explique le Dr Carlos Laorden, un des créateurs de Negobot. Il lui manque notamment la capacité de distinguer l’ironie avant de pouvoir être « lâchée » dans de vrais tchats.
Le Dr Laorden préfère préciser que ce robot ne remplacera pas les agents de police mais qu’il est bien un assistant des forces de l’ordre. « Negobot pourrait être d’une grande aide, pour détecter les pédophiles présumés et ouvrir une enquête, insiste le Dr Laorden, Ce système ne remplacera pas un agent de la force publique, mais nous croyons qu’elle pourrait nous aider à filtrer des suspects pour optimiser les efforts de la police. »
Reste à savoir si d’un point de vue légal, le Negobot pourra être considéré comme une preuve suffisante d’accusation de pédophilie…



AVoir :
Monde ; Talking Angela, la rumeur de l’appli pédophile.
Signaler un site ou un lien pédophile.
Comment faire fermer un groupe Facebook de mauvais goût?
Facebook refuse d'installer le «panic button» sur son site.
Vous êtes témoin ou proche ?