dimanche 30 septembre 2012

2012: les sectes à l'heure de la fin du monde.

A moins de cent jours du 21 décembre 2012, les mouvements sectaires qui défendent la théorie d'apocalypse ont déjà persuadé les esprits naïfs. Les adeptes de ces groupes sont en danger. L'Express a recueilli les explications d'Hervé Machi, secrétaire général de la Mission interministérielle de lutte et de vigilance contre les dérives sectaires (Miviludes).

2012: les sectes à l'heure de la fin du monde.
Par Alice Moreno, publié le 18/09/2012.
L'alerte remonte à deux ans. La Miviludes remettait son rapport au Premier Ministre, François Fillon. Son thème central: les dérives sectaires liées à la prophétie d'apocalypse 2012. "Les messages apocalyptiques pullulaient déjà sur Internet" indique Hervé Machi. Un moteur de recherche américain recensait 2,5 millions de pages sur le sujet. Aujourd'hui, personne ne se risque à avancer un chiffre.

> Lire aussi: L'apocalypse arrivera... dans 5 milliards d'années

Depuis, des comportements de groupes ou de personnes isolées, liés à "l'échéance" 2012 ont été signalés à la Mission interministérielle. Certains ont choisi de s'approvisionner en nourriture pour plusieurs mois, d'autres ont entrepris la construction de bunkers anti-apocalypse.

Comment repérer les gourous de mauvaise augure à l'origine de ces comportements? Selon Hervé Machi, la tâche est difficile. "Nous n'avons plus affaire à des sectes importantes et connues comme celle des Témoins de Jéhovah. Ils n'ont d'ailleurs pas prédit la fin du monde. Cette fois, nous sommes confrontés à des gourous isolés, des types complètement farfelus qui s'autoproclament élus de Dieu et rassemblent des petits groupes de personnes sur la toile" explique le secrétaire général. Ils agissent grâce aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter...) ou par le biais de logiciels comme Skype, qui permettent de passer des appels téléphoniques gratuitement sur Internet. Pour tenter d'attraper ces prophètes du web, la Miviludes a mis en place un système de veille qui garde un oeil sur les messages apocalyptiques circulant sur Internet.

"Nous craignons des suicides isolés"
Ceux qui se laissent convaincre par ces oracles courent des risques d'aspects divers. Ils peuvent être d'ordre financier. Certains gourous réclament des sommes d'argent à leurs disciples dans le but, par exemple, de construire un abri anti-apocalypse. Des adeptes de la théorie d'apocalypse s'endettent auprès de leurs banques, convaincus qu'ils n'auront rien à rembourser après décembre 2012.

Ce qui nous inquiète, ce sont les personnes qui seront seules chez elles le 21 décembre.

L'incitation au suicide est aussi une pratique répandue. Pour la Miviludes, le risque du suicide collectif est minime. Les mouvements apocalyptiques rassemblant des petits groupes de personnes, parfois à distance les unes des autres, la mission craint des actes isolés. "Les drames qui se sont déroulés entre 1994 et 1997 dans l'Ordre du Temple Solaire (ndlr: la secte a connu trois suicides collectifs) ont peu de chances de se reproduire en décembre. Du moins nous l'espérons. Ce qui nous inquiète, ce sont les personnes qui seront seules chez elles le 21 décembre et qui risquent de mettre fin à leurs jours sans que nous puissions intervenir" avoue Hervé Machi avant d'ajouter qu'une "permanence sera mise en place tout au long du mois de décembre, période à laquelle les cataclysmes naturels sont censés s'accélérer selon la prophétie ", pour faire face à des situations de danger imminent.

Après le 21 décembre, la Miviludes viendra en aide à des personnes désorientées "car la croyance qui aura été la leur jusqu'alors se sera avérée fausse et elles pourront décider d'une fin du monde pour elles-mêmes, autrement dit un suicide" s'alarme Hervé Machi.

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/2012-les-sectes-a-l-heure-de-la-fin-du-monde_1161417.html