vendredi 2 novembre 2012

Philippe Détré l'abbé pédophile?


Le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre, a donné mercredi après-midi une conférence de presse au cours de laquelle il a indiqué que le curé de Bollezeele, petit village situé à 25 km de Dunkerque, soupçonné de viols et agressions sexuelles sur mineurs, reconnaissait les faits.

L’archevêque de Lille avait reçu en mars 2011 une lettre anonyme dénonçant les faits et en avait avisé le procureur de Lille. « Il n’apparaît pas que l’Eglise ait cherché à dissimuler quoi que ce soit », a déclaré Frédéric Fèvre. De manière concomittante, une autre victime avait déposé plainte dans le sud de la France. Les gendarmes de la brigade de recherches (BR) de Dunkerque avaient alors joint les deux affaires.




Lors de sa garde à vue, l’abbé Philippe Détré a reconnu les faits qui lui sont reprochés, qui se seraient déroulés dans les régions de Lille et de Dunkerque, au gré de ses affectations dans différentes paroisses. Treize victimes ont pour l’heure été identifiées - pas toutes encore entendues -, a ajouté le procureur, précisant que le prêtre avait donné lui-même « quelques noms » de victimes. Il s’agit de jeunes garçons, dont il avait la charge dans le cadre de ses activités, qu’il invitait à venir chez lui ou lors de camps de vacances. « Il est possible qu’il y en ait d’autres », a dit le procureur. Les agissements du prêtre, mis en examen le 11 juillet, s’étaleraient de 1973, trois ans après son ordination, à 2007, selon le procureur. Certains faits sont « vraisemblablement susceptibles d’être prescrits », a-t-il ajouté. Le délai de prescription en la matière est de vingt ans, à compter de la majorité des victimes.
L’homme d’Eglise « a exprimé de vifs remords au moment de son incarcération et a demandé pardon aux victimes » et à leurs familles, selon le magistrat.
Les faits qui lui sont reprochés sont passibles de vingt ans de réclusion criminelle.
L’archevêque de Lille, Mgr Laurent Ulrich, a annoncé dans un communiqué que l’abbé était « suspendu de toute fonction liée à son ministère » dans l’attente d’un éventuel jugement. Il a adressé ses pensées aux victimes et leurs familles, ainsi qu’à « tous ceux qui ont fait confiance à un prêtre dans ses paroisses successives, et qui se sentiront blessés, et trompés : leur douleur est grande, comme la mienne, et celle de l’Eglise ».
Avec AFP
Source : http://www.lavoixdunord.fr/region/bollezeele-le-pretre-soupconne-de-viols-et-ia0b0n587365