lundi 11 février 2013

LIBÉRATION DE JANETT !!!!

- LIBÉRATION DE JANETT !!!! -

Janett Seemann est LIBRE ! 9 Février 2013
Mais elle a interdiction d’entrer en contact avec Stan MAILLAUD, Sandrine GACHADOAT, Jérémy LEHUT, Christophe entre autres !
Elle n’a pas le droit d’utiliser internet et de parler de pédophilie.
Elle n’a pas le droit d’être sur le territoire français !
Elle tiens à remercier tout ceux qui l’on soutenu !

Bien entendu il va falloir affronter le futur procés !





Qui est Janett Seemann ?

Militante Allemande Anti-pédophilie

Compagne de Stan Maillaud

Jannett Seemann a écrit cette lettre à Angela Merkel et diffusé deux vidéos sur internet en 2008. Merci à elle pour son courage d’avoir dénoncé les faits qu’elle avait découvert au péril peut-être de sa propre vie…

Traduction réactualisée (merci pour le coup de main!) d’une vidéo de Janett :

Dénonciation d’un crime contre l’humanité

Demande d’intervention
Chère Dr. Merkel, Chancelière au Bundestag ,
Permettez-moi de me présenter à vous brièvement: je m’appelle Janett Seemann, j’ai 29 ans, je suis originaire de l’Allemagne de l’Est et je suis animatrice sportive.
La protection de nos enfants, en particulier contre les actes d’abus sexuels et de pédocriminalité, me touche au plus haut point, suite à une expérience personnelle dramatique dont j’ai été le témoin en France.
J’ai réalisé à cet égard un rapport sur la criminalité sur les enfants en Europe. Ce rapport est destiné pour l’instant à la diffusion sur Internet et par toutes  les voies de communication possibles. Mon expérience par rapports à ces dossiers, et ma conscience morale et civique, m’obligent à ne pas attendre que le film soit terminé et à diffuser le sérieux de la situation publiquement et sans délai.
Savez-vous que, il a déjà dix ans, plus de 2.100 enfants disparaissaient par année en Allemagne et qu’ils n’ont toujours pas été retrouvés à ce jour ?
Savez-vous que nos institutions policières et judicaires ne recherchent pas sérieusement les enfants disparus ?
Savez-vous où ces enfants disparaissent ?
Savez-vous qu’il existe en Europe des réseaux qui sévissent aussi en Allemagne, lesquels réseaux kidnappent, vendent, et prostituent des enfants et les livrent à des barbares qui abusent d’eux, qui les torturent et les assassinent?
Je ne pense pas que vous ayez connaissance de ces horreurs. J’ai découvert par moi-même la réalité effrayante de mon rapport. Une horreur qui concerne tous les hommes et toutes les femmes en Allemagne et en Europe.
Mais pourquoi le peuple n’est-il pas prévenu?
De plus, pour des raisons obscures, beaucoup de nos autorités font barrière dans toute l’Europe afin de bloquer l’accès à ces informations au peuple, sur la réalité de ce qu’il se passe ici.
Beaucoup de nos autorités utilisent leur position pour empêcher les médias de répandre ces informations. Et, pire encore, elles leur communiquent de fausses données pour que notre attention soit dirigée vers les réseaux sur Internet. Quelques-unes de nos autorités ont été manipulées sans le savoir dans cette direction.
Mais ce n’est pas Internet qui kidnappe, vend, torture, abuse et tue les enfants! Ce n’est pas Internet qui fait les photos de toutes ces actions horribles et qui tourne des films! Ces films, dits “snuff-movies”, sont vendus sous le manteau à des prix astronomiques. Ils sont destinés à des projections privées dans des cercles privés et concernent des personnes qui ont la possibilité de payer de telles sommes.
Pour quelles catégories de personnes, pour quelle catégorie sociale ces performances terribles sont-elles certaines ? Pourrait-il s’agir de personnalités puissantes, respectées et influentes de notre société ? Chaque enfant abusé, torturé et tué de cette manière rapporte une fortune aux réseaux. Quelle relation pouvons-nous établir entre cette fortune et le comportement de nos représentants ?
Les réseaux possèdent en outre le pouvoir et le contrôle sur l’information, afin que nous ne posions pas de questions et que nous ne connaissions pas la vérité. Pourquoi existe-t-il un unique et puissant courant de pensée qui consiste à tout nous masquer de cette terrible réalité ? Un courant de pensée qui nous interdit d’en voir trop et qui écrit encore et toujours sur les réseaux internet pédophiles? Il s’agit quand même d’abus les plus cruels, de tortures les plus terribles et de meurtres ! L’Internet est virtuel et se trouve seulement à la fin de la chaîne des véritables souffrances de ces enfants.
Nous avons d’une part, au cœur de nos institutions juridiques et politiques, des personnes qui ont intérêt à diffuser des informations incorrectes, qui ne sont que de la propagande. Par conséquent, ils couvrent des membres, des complices et/ou des clients de ces réseaux. D’autre part, nous avons des personnes dans nos institutions juridiques et politiques dont la bonne foi a été utilisée, de même que celle du peuple allemand en entier.
C’est si simple, car comment le peuple allemand pourrait-il croire en une telle horreur, en cet holocauste ? (….) Nous sommes régulièrement les victimes d’une propagande terrible ! Cette propagande vient de nos autorités. L’Allemagne se fait, par cette propagande, les complices d’un crime contre l’humanité.
Concernant la terreur des enfants.
Ce réseau agit dans l’obscurité. Il est très organisé et semble bénéficier de la bienveillance de l’État, qui permet ainsi  la continuation et l’aggravation de ces crimes. Kidnapping, abus, tortures et meurtres en masse –  il s’agit de Crime contre l’Humanité. C’est le travail du crime organisé.
L’activiste belge pour les droits de l’homme, Marcel Vervloesem a conduit de nombreuses investigations. Au cours de l’une d’entre elles, il a retrouvé la trace de Manuel Schadwald, le jeune Allemand kidnappé. Ses recherches l’ont finalement conduit à découvrir l’incroyable en 1998. Cet homme a livré la preuve de l’existence d’un réseau international au monde entier. Un réseau par lequel les enfants sont enlevés, prostitués, abusés, torturés et assassinés.
Marcel Vervloesem a apporté la preuve formelle de l’inimaginable par 21 CD-ROM qu’il a saisis au cours de son enquête à Zandvoort (Hollande). Ces CD ROM centralisent environ 100.000 documents. Il s’y trouve principalement des photos, mais aussi des films, avec des enfants et même des bébés mis en scène. Il s’agit de la mise en scène de poses suggestives pour les pédophiles, de sévices, de viols, de tortures et de meurtres, et d’innombrables autres actes de barbarie.
Le jeune Allemand, Manuel Schadwald, est également sur un CD-ROM, entouré de plus de 83.000 enfants différents. Ces enfants sont identifiables, ainsi que les criminels. Les autorités allemandes ont été informées au plus haut niveau en 1998 par des preuves sous la forme de CD ROMS. (….)
L’Allemagne n’a rien fait pour identifier ces enfants.
L’Allemagne n’a rien fait pour identifier les criminels.
L’Allemagne n’a rien fait pour neutraliser le réseau.
L’Allemagne n’a rien fait pour arrêter ce crime contre l’humanité ou le condamner.
Tous les autres Etats européens ont également été avertis de la même manière et confrontés à l’évidence.
Eux non plus, n’ont pas réagi correctement.
La Belgique est même allée jusqu’à poursuivre Marcel Vervloesem en justice : il a été inculpé sous le motif d’avoir apporté tout ce matériel à la justice! Inculpé pour avoir créé une affiche avec quelques photos du CD-ROM et pour l’avoir distribuée afin d’alerter l’opinion publique!


La Cour de cassation belge décidera le 24.06.2008 d’une peine de une à quatre années de prison avec libération conditionnelle ou non. Le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen ont également été pris dans ce dossier à compléter. Il a été décidé d’organiser des réunions au niveau européen pour discuter de la question. Assez bizarrement, on n’évoquait pas les vraies questions. On a parlé seulement  de la pédophilie et de la lutte contre les réseaux Internet. Aucune parole, aucun document ou texte juridique ne fait référence à la torture et à l’infanticide.
Et ce depuis les dix dernières années!
(….) Dix années pendant lesquelles ce comportement irresponsable de la persistance et l’exacerbation de ces horribles crimes contre nos enfants a été admis. Dix années au cours desquelles l’Allemagne a été complice d’un crime contre l’humanité. L’Allemagne ne peut entrer dans la honte d’une éventuelle discussion de savoir s’il n’est pas un crime contre l’humanité ou, car elle combine les principaux éléments ici:
        1) la catégorie de crime: le viol, la torture et l’assassinat d’enfants et de bébés,
        2) l’ampleur: un crime de masse,
        3) le caractère organisé,
        4) la complicité de l’État dans “l’Affaire des CD-ROM de Zandvoort” : 21 CD-ROM contenant environ 100.000 documents se trouvaient dans un endroit sûr, au milieu d’une masse d’autres CD-ROM. Ils ont disparu en raison d’un “échec de la force de police de Hollande”.
Plus de 2.100 enfants par an disparaissent en ce moment en Allemagne, apparemment sans laisser de traces. Si  2.100 enfants disparaissent dans ce pays, combien y en a-t-il en Europe chaque année? Quel est nombre d’enfants disparus? (…) Il y a eu le projet de loi en 1998, année où nous l’avons officiellement revendiqué, il n’y a pas eu de réaction? (nde: je n’ai pas compris la phrase précédente, traduite automatiquement de l’allemand. Le sens est donc incertain). Même si un seul de nos enfants apparait sur les CD ROM de Zandvoort, au-milieu de plus de 83.000 enfants différents, il s’agit d’un crime de masse. Car ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Un iceberg dans un océan d’icebergs qui émergent depuis une décennie.
L’organisation mise en place derrière ce crime contre l’humanité est claire et indiscutable. Je crois que personne ne peut prendre le risque de rejeter cette réalité.
Par rapport à ces faits on ne peut plus précis, le système de la justice belge n’a pas encore expliqué la raison pour laquelle elle a finalement conclu que “les CD-ROM de Zandvoort étaient des documents insignifiants”. C’est ce qui a incité Marcel Vervloesem à créer l’affiche que vous trouverez en annexe. Elle montre quelques unes des photos qui figurent sur ces CD ROM.
Le peuple doit savoir que la justice belge démontre un non-respect de tous les abus subis par ces enfants torturés et assassinés, et qu’elle les a trahis une seconde fois.
Permettez-moi de vous décrire, ce que ces photos montrent:
        1) un enfant nu, enchaîné, qui est torturé avec un fer,
        2) Une femme qui met un bébé nu sur ses genoux et lui met un objet dans l’anus,
        3) Un enfant couché sur la paille avec la gorge tranchée,
        4) Un enfant nu, les yeux bandés, suspendu par les poignets,
        5) un enfant nu, bâillonné, les poignets et les chevilles attachées avec des cordes (…)
        6) Un homme qui tient la tête d’un enfant qu’il a mordu au visage,
        7) Un enfant bâillonné avec un accessoire sadomasochiste dans la bouche.
Veuillez me pardonner de vous décrire ces horreurs, mais je ne vois hélas pas d’autre moyen de lutter contre la puissante propagande qui nous dissimule la vérité choquante et qui permet à ces réseaux d’excercer en toute impunité les crimes les plus horribles de l’histoire de l’humanité.
Prétendre que le secteur privé veut interdire toute communication sur cette terrible vérité “pour protéger les enfants” est une manoeuvre du crime organisé. Cet argument  protégent les criminels et les malfaiteurs contre les questions sur l’origine de cette horrible injustice vécue par ces enfants aujourd’hui.
La réalité effrayante, c’est que le crime organisé peut frapper dans n’importe quelle famille allemande, à tout moment. Personne ne peut se considérer en sécurité.
Mais au lieu de propagation de l’horrible vérité, au lieu d’informer les citoyens, nous sommes coincés dans des polémiques vides et des débats entre croyants et non-croyants. Mais les faits parlent d’eux-mêmes!
Les preuves disponibles, le fait que le public n’ait pas accès à l’information réelle, le fait de cacher la vérité – tout cela est, au minimum, de l’irresponsabilité pénale.
Le fait d’entraver la diffusion de cette réalité en Allemagne et en Europe, c’est de la complicité de crimes contre l’humanité.
En Allemagne et en Belgique, les CD-ROM ont été “perdus” en 1998. S’il vous plaît, laissez-moi savoir si je peux me permettre de vous en faire parvenir d’autres exemplaires.
En résumé, je vous demande instamment, au nom du peuple allemand,
        1)  d’user de votre autorité pour veiller à ce que la justice allemande examine enfin cette affaire pour laquelle elle a été saisie en 1998. Et qu’elle cesse de prétendre:
- que les enfants identifiés sont recherchés sérieusement de façon active
- que les criminels seront identifiés et tenus pour responsables
- que le réseau est neutralisé dans sa globalité et que ses actions sont terminées.
        2) votre rôle vous donne le pouvoir de communiquer au peuple allemand et de  vous assurer de l’informer sur cette terrible réalité, afin que tous les citoyens en Allemagne sachent qu’ils doivent protéger leurs enfants, ainsi que les mesures de prévention qui peuvent être prises. Rien ne peut justifier que de telles informations soients cachées  au peuple allemand, car ce n’est pas de l’alarmisme disproportionné. Il s’agit d’une réalité très grave qui peut survenir à tout moment dans n’importe quelle famille allemande. Dans ce genre de situation où pèse une telle menace imminente, il y a obligation d’informer le peuple. L’Etat allemand ne peut pas décider de ce que nous devrions savoir ou pas. Cette obligation de l’État doit être respectée et il doit exiger des médias qu’ils diffusent des informations vraies, au lieu de répandre des mensonges et de la propagande.
    3) Je vous demande de dénoncer ce crime à votre niveau et de ne pas permettre que l’Allemagne continue d’agir en tant que complice d’un crime contre l’humanité.
Je reconnais la gravité de mes conclusions. Je suis une simple médiatrice  de l’information.
Que la livraison de ce message soit considérée comme un délit ne changera toutefois pas la réalité qu’il véhicule.
Nul ne peut être trompé au sujet de cette technique criminelle. …
Dans l’attente de votre réponse, chère Madame la Chancelière,
je reste,
Votre Janett Seemann
PS: Je pars du principe que la publication de photos, qui était une mesure de précaution, ne constitue pas une infraction en soi puisque les visages et les organes génitaux des victimes ne sont pas identitifiables. Si vous n’êtes pas d’accord, faites m’en savoir les raisons s’il vous plaît.
Source VO : http://zeitwort.at/index.php?page=Thread&threadID=7294

Plus d'informations...
https://www.facebook.com/LesAmisDeStanMaillaud
http://www.lesamisdestanmaillaud.org/
Extrême Urgence en France Demande d’Intervention immédiate du Conseil de Sécurité.